POLITIQUE
18/12/2018 12:50 EST | Actualisé 18/12/2018 13:46 EST

Des Gaspésiens ne digèrent pas une déclaration de Legault, dit Bérubé

Le premier ministre a dit que la CAQ allait être le gouvernement de la Gaspésie, même si la région n'a pas voté pour son parti.

PC/Jacques Boissinot
Pascal Bérubé

Des Gaspésiens ne digèrent pas une déclaration controversée du premier ministre François Legault, selon le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé.

À sa première visite officielle dans cette région de l'Est du Québec pour une annonce du gouvernement, lundi, M. Legault a tenu des propos qui ne sont pas à la hauteur de ses fonctions de premier ministre, de l'avis de M. Bérubé.

"Même si la Gaspésie n'a pas voté pour la Coalition avenir Québec (CAQ), on va être votre gouvernement, on va s'assurer que ce soit la dernière fois", a-t-il dit dans une conférence de presse.

Dans une entrevue accordée à La Presse canadienne mardi, M. Bérubé a affirmé que c'était une remarque "inappropriée" qui a créé un "malaise" dans la salle, particulièrement en présence de la députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Melançon.

"C'est particulier, ce n'était pas nécessaire: tous les députés ont droit à de la considération sans égard à leur affiliation politique", a-t-il dit, en prenant la défense de sa collègue, élue pour la première fois à l'Assemblée nationale.

M. Bérubé, qui est lui-même député de Matane-Matapédia, a également rappelé qu'il ne faut pas mêler des considérations partisanes à une annonce gouvernementale quand on est premier ministre.

M. Bérubé a aussi souligné qu'il ne faut pas faire de distinctions entre les annonces dans les circonscriptions caquistes et celles dans les circonscriptions de l'opposition. Il faut accepter le verdict de la population et le choix des électeurs.

"M. Legault doit respecter le fait qu'il ne détient pas toutes les circonscriptions, et notre région a fait le choix du Parti québécois, un choix qui doit être respecté. C'est le bien commun qui doit primer."

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Rappelons qu'aux dernières élections générales, tout l'Est du Québec a échappé à la CAQ et a plutôt voté pour sept élus du Parti québécois.

Le chef intérimaire péquiste a déploré cette "confusion des genres". Il s'agit en outre d'une récidive, se désole M. Bérubé, en faisant référence à la mise à jour économique récente du gouvernement - qui a été comparée à une "conférence de presse spectacle" par l'opposition - sur fond d'un immense drapeau du Québec et avec des dizaines de partisans caquistes.

Enfin, le député de Matane-Matapédia estime que le premier ministre attaque de façon injustifiée deux leviers économiques de la Gaspésie. Il y a d'abord l'industrie éolienne, qui est bien implantée dans l'est du Québec, avec des usines et des parcs éoliens, et qui est mise à mal par l'annulation du projet de parc éolien Apuiat par le gouvernement caquiste.

Enfin, il y a la cimenterie McInnis, à Port-Daniel, un projet financé en partie par l'État, que la CAQ a toujours dénoncé.

"Les Gaspésiens ont droit aussi au développement économique", a conclu M. Bérubé.