BIEN-ÊTRE
16/12/2018 13:22 EST | Actualisé 16/12/2018 13:22 EST

Chris Watts a tué sa famille. Puis les lettres d'amour ont commencé.

Qu'est-ce qui fait que des femmes soient attirées par des tueurs notoires en prison?

Max-o-matic for HuffPost

Chris Watts, un employé de champ pétrolier du Colorado âgé de 33 ans, a été présenté au public pour la première fois à la télévision locale. Bronzé et en forme, il a regardé la caméra - apparemment angoissé - et a prié sa famille de rentrer à la maison.

Sa femme enceinte et leurs deux filles avaient disparu.

En moins d'une journée, il était menotté. La police a retrouvé sa femme, Shanann Watts, 34 ans, enterrée dans une tombe peu profonde dans un champ pétrolifère appartenant à son employeur. Ses filles, Bella, 4 ans, et Celeste, 3 ans, flottaient dans des réservoirs de pétrole à proximité.

Les meurtres de violence domestique sont fréquents et attirent rarement l'attention des médias nationaux aux États-Unis. Mais cette affaire était différente. Elle avait tous les ingrédients pour faire la première page des journaux. Une jolie maman qui documentait chacun de ses mouvements sur les médias sociaux. Une disparition. Une grossesse. Et un crime vicieux et inexplicable.

La famille était jeune, blanche et parfaite sur Instagram.

Chris Watts a finalement admis avoir commis les trois meurtres et a été condamné à la prison à perpétuité. Une fois l'affaire terminée, le procureur général a publié des milliers de pages de documents relatifs aux décès en réponse à une demande du Freedom of Information Act, la loi d'accès à l'information américaine. Il s'agissait en grande partie de documents standards: photos des lieux du crime, entretiens avec des témoins, copies de messages textes.

Mais parmi les documents se trouvait quelque chose d'inhabituel: des lettres d'adoration envoyées à Watts alors qu'il était en prison en attendant son procès. Pour certaines femmes qui l'observaient de loin, Watts était une idole - et un intérêt romantique potentiel.

«Je veux tellement apprendre à te connaître, ce n'est même pas drôle», lui a écrit une femme de 39 ans du Colorado. «T'es littéralement dans mes pensées presque chaque jour depuis que tu passes aux nouvelles.» Dans une autre lettre, elle a dit qu'elle serait «la fille la plus heureuse du monde» si Watts lui répondait. Elle a signé avec les mots-clics #TEAMCHRIS, #CHRISISINNOCENT, #LOVEHIM et #SOOOOCUTE.

À première vue, il est difficile de comprendre pourquoi une femme craquerait pour un homme connu uniquement pour avoir commis un crime violent. Surtout le meurtre vicieux de sa propre famille. Et pourtant ils le font.

Attirées par la notoriété

Le phénomène des femmes qui se passionnent pour les meurtriers derrière les barreaux n'est pas nouveau: des tueurs notoires de l'histoire, comme Ted Bundy et John Wayne Gacy, attiraient les groupies féminines. Charles Manson était fiancé à une femme qui lui écrivait en prison lorsqu'elle était adolescente.

Récemment, Nikolas Cruz, le tireur présumé de la tuerie de Parkland, en Floride, a été inondé de lettres d'amour. Il en va de même pour Steven Avery, sujet de la célèbre série documentaire «Making a Murderer», qui a été reconnu coupable du meurtre de Teresa Halbach. Cette semaine encore, une femme qui avait échangé des lettres avec Dylann Roof, un suprémaciste blanc qui avait massacré neuf fidèles noirs dans une église en 2015, a été arrêté pour avoir planifié l'attaque d'un bar.

Mais des experts interrogés par le HuffPost américain ont déclaré que les cas semblaient en augmentation, en raison de la fascination du public pour le crime réel et de la montée des médias sociaux.

«Nous avons toujours adoré nos célébrités», a rappelé Sheila Isenberg, qui a interviewé des femmes obsédées par les meurtriers pour son livre Women Who Love Men Who Kill. «Dans le passé, c'était juste des stars de cinéma. Maintenant, quiconque fait quelque chose d'unique devient une célébrité, même s'il a commis un meurtre.»

Cela n'est nulle part plus évident que sur Facebook, où de véritables groupies criminelles se réunissent pour discuter de cas. L'une de ces pages, consacrée aux meurtres de Watts, compte plus de 19 000 membres. Dans un fil de discussion récent, les membres se sont demandé qui de Ryan Gosling ou de Jake Gyllenhaal devrait jouer Watts dans un film.

«Les gens peuvent communiquer instantanément entre eux pour discuter de l'affaire et ils peuvent transformer des criminels en héros», a déclaré Isenberg. «Aujourd'hui plus que jamais, il s'agit d'un phénomène commun.»

Facebook

Dans des lettres manuscrites à Watts publiées par l'État, certaines illustrées de cœurs, beaucoup de femmes ont déclaré se sentir inexplicablement attirées par lui après avoir entendu parler de son cas. Quelques-unes ont déclaré croire en ses affirmations selon lesquelles il n'aurait pas tué ses enfants - il avait d'abord dit à la police que sa femme les avait assassinés -, tandis que d'autres ont déclaré qu'elles se moquaient de ce qui s'était passé et ne lui demandaient pas de détails.

«Je sais que je suis une étrangère - mais je me soucie de toi et de ta situation. Je ne peux pas m'en empêcher. Y a-t-il quelque chose dont t'as besoin? Puis-je t'envoyer quelque chose - un livre peut-être?», a écrit une femme de Brooklyn âgée de 29 ans dans un script bien rangé sur du papier de cahier ligné. «Garde la tête haute et reste fort. Saches que des étrangers (comme moi) se soucient de toi.»

Elle a joint une photo d'elle en bikini.

«Je ne vous poserai jamais de questions sur votre cas», a écrit une autre femme, âgée de 39 ans, qui a déclaré être actuellement incarcérée pour un crime financier. «Pour une raison quelconque, je me soucie de ta situation. Donc tout ce que j'essaie de dire, c'est que je suis ici.»

Les femmes qui sont attirées par les assassins demeurent souvent dans le déni du crime. De cette façon, elles peuvent vivre dans une relation imaginaire, ont déclaré des experts au HuffPost. Il y a une étrange juxtaposition entre l'humeur affectueuse des lettres à Watts et les faits horribles de son affaire.

Les rapports d'autopsie ont révélé que Watts avait lentement tué sa femme par strangulation, ce qui aurait pris deux à quatre minutes, selon les procureurs. Il a étouffé ses deux filles à mort. Bella, qui avait 4 ans, avait des marques de morsure sur la langue et des coupures à la bouche, indiquant qu'elle s'était battue pour sa vie.

Les enquêteurs croient que Chris Watts a tué sa famille parce qu'il entretenait une liaison extraconjugale et souhaitait un nouveau départ sans avoir à traîner une femme enceinte et deux jeunes enfants. Dans les semaines qui ont précédé les meurtres, Shanann Watts, sentant sa distance, tentait désespérément de réparer leur mariage, envoyant même à son mari un livre intitulé Hold Me Tight: Seven Conversations for a Lifetime of Love.

La police a retrouvé le livre apparemment non lu à la poubelle.

Comprendre pourquoi

Les femmes sont attirées par les hommes emprisonnés pour des crimes monstrueux pour de nombreuses raisons. Certaines sont motivées par le désir de gloire, a expliqué Isenberg. Elles veulent être sous les feux de la rampe et sont convaincues qu'avoir une relation avec un meurtrier pourrait se traduire par une entrevue télévisée ou un contrat de livre.

«Elles ne regardent pas le crime. Elles voient sa renommée et ne le font même pas à un niveau conscient», a-t-elle évoqué. «Elles pensent qu'en étant associées à lui, elles peuvent aussi avoir leur nom dans les journaux.»

Katherine Ramsland, professeure de psychologie judiciaire à la DeSales University, estime que dans de rares cas, les femmes pouvaient être excitées sexuellement par l'idée que les hommes avaient commis un acte violent, une condition appelée hybristophilia.

«Le fait de s'approcher de la violence est un facteur d'excitation», a-t-elle déclaré.

Plus généralement, cependant, a-t-elle souligné, les femmes sont motivées par un instinct de protection. Elles pensent - naïvement - qu'elles peuvent réparer ces hommes avec leur amour. Elles veulent les apprivoiser.

«Cela donne à la femme le pouvoir de croire qu'elle peut, contrairement à quiconque, créer cette relation spéciale qui changera ce type», a-t-elle déclaré.

Lettre après lettre, de nombreuses femmes ont encouragé Chris Watts à garder la tête haute et ont exprimé leurs préoccupations quant à son état d'esprit. Certaines ont divulgué des détails personnels sur leur vie, décrivant leurs activités et leurs intérêts quotidiens, comme leurs équipes sportives préférées. D'autres lui ont écrit pour lui offrir un soutien émotionnel.

«Honnêtement, Tu as l'un des visages les plus gentils que j'ai jamais vu», a écrit une femme australienne âgée de 35 ans. «Je ne te connais même pas, mais je ne veux pas que tu te sentes seul.»

La psychiatre californienne Carole Lieberman, qui a écrit Bad Boys: Why We Love Them, How to Live With Them and When to Leave Them, juge que selon son expérience, de nombreuses femmes qui s'adressent à des hommes en prison ont une faible estime de soi.

Dans certains cas, a-t-elle ajouté, les femmes ont peut-être déjà été maltraitées.

«Elles ne croient pas qu'elles méritent un homme qui a plus à leur offrir, alors elles optent pour ce type de relation privilégiée avec un meurtrier.»

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.

VOIR AUSSI: