POLITIQUE
14/12/2018 17:47 EST | Actualisé 14/12/2018 17:47 EST

Agressions sexuelles: Trudeau se dit prêt à revoir le Code criminel

L'affaire Gilbert Rozon a soulevé l'indignation au Québec au cours des derniers jours.

THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

Le premier ministre Justin Trudeau se dit ouvert à revoir le Code criminel pour que davantage de plaintes de viols et d'agressions sexuelles mènent à des accusations.

Il a tenu ces propos vendredi lors d'une entrevue accordée à La Presse canadienne.

L'affaire Gilbert Rozon a soulevé l'indignation au Québec au cours des derniers jours. Sur les 14 plaintes reçues par la police, une seule a été retenue par le Directeur des poursuites criminelles et pénales. Le fondateur du festival Juste pour rire a été accusé de viol et d'attentat à la pudeur sur une femme pour des gestes qu'il aurait commis il y a 40 ans.

La Presse canadienne n'a pas demandé au premier ministre de commenter le cas précis de Gilbert Rozon, mais plutôt la possibilité de changer le Code criminel pour qu'il soit plus facile de porter des accusations.

Des voix se sont élevées au Québec dans la foulée de l'affaire Rozon pour demander des modifications législatives. Le nouveau chef du Service de police de la Ville de Montréal, Sylvain Caron, suggérait dans une entrevue au Devoir vendredi qu'il fallait revoir le Code criminel «sur l'approche en matière d'agressions sexuelles», notamment sur le fardeau de la preuve et les exigences pour corroborer la version des victimes.

Bien qu'il soit ouvert «à faire des améliorations», M. Trudeau a évité de se prononcer sur l'allégement ou le renversement du fardeau de la preuve et préfère écouter l'avis d'experts sur la question.