POLITIQUE
12/12/2018 17:12 EST | Actualisé 12/12/2018 17:12 EST

L'opposition officielle déplore la «transparence zéro» de la CAQ

Le PLQ soutient que les Québécois méritent mieux et exige la réactivation du site transparence.gouv.qc.ca.

THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

Le gouvernement Legault récidive en agissant en catimini, selon l'opposition officielle, qui déplore la «transparence zéro» de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le Parti libéral (PLQ) soutient que les Québécois méritent mieux et exige la réactivation du site transparence.gouv.qc.ca. Ce site avait été mis sur pied par le gouvernement Couillard pour diffuser l'agenda public des membres du cabinet, mais il n'est plus mis à jour depuis l'élection des caquistes.

Les ministres peuvent ainsi tenir toutes leurs rencontres comme bon leur semble, à l'insu des médias et de la population, à l'abri des regards et des médias.

Par exemple, lundi, le premier ministre François Legault a rencontré le chef du grand conseil des Cris, à l'insu de tous, sans aucun préavis. Ce n'était pourtant pas une rencontre privée, puisque M. Legault s'est empressé d'en faire mention après le fait par son compte officiel Twitter.

Lundi, on apprenait toujours par Twitter que la ministre des Relations internationales, Nadine Girault, entamait une mission en France. Or même la veille, dans l'avis public des activités des ministres pour le lundi, aucune mention n'était faite de sa mission.

Selon le porte-parole du PLQ en matière d'accès à l'information, Marc Tanguay, il faut qu'on sache qui les ministres rencontrent, quels dossiers ils sont en train de travailler, et pourquoi.

Dans une entrevue avec La Presse canadienne, Marc Tanguay a rappelé que dès les lendemains de l'élection, celle qui allait devenir la vice-première ministre caquiste, Geneviève Guilbault, avait pourtant avancé que la CAQ allait former le «gouvernement de la transparence».

De l'avis de M. Tanguay, le gouvernement doit ainsi «revenir à ses obligations» de transparence, il ne peut pas gouverner de façon partisane par les médias sociaux.