NOUVELLES
12/12/2018 16:01 EST | Actualisé 12/12/2018 16:01 EST

L'évolution spectaculaire du poulet en 60 ans témoigne de notre impact sur la nature

Des chercheurs ont remarqué que la volaille, domestiquée il y a 8000 ans, a subi des transformations radicales en quelques décennies.

tawatchaiprakobkit via Getty Images

Corps énormes, pattes difformes et coeurs défaillants... les hommes ont totalement modifié la morphologie des poulets d'élevages en quelques décennies, selon une étude publiée mercredi dans la revue Royal Society Open Science.

"Le poulet d'élevage moderne est méconnaissable par rapport à ses ancêtres ou à ses congénères sauvages", explique à l'AFP Carys Bennett de l'université de Leicester en Angleterre, coauteur de l'étude mettant en avant "un squelette surdimensionné, une composition chimique des os et une génétique distinctes".

Originaire d'Asie du Sud-Est, le poulet a été domestiqué il y a environ 8.000 ans mais ce n'est qu'à partir des années 1950 et la recherche de rythmes de croissance très élevés que les poulets d'élevages ont rapidement formé une nouvelle espèce morphologique, précise l'étude.

"Il n'a fallu que quelques décennies pour produire une nouvelle forme d'animal contre des millions d'années normalement", précise Jan Zalasiewicz, également de l'Université de Leicester et coauteur de l'étude.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Recherché pour sa chair et ses oeufs, le poulet est actuellement la viande la plus consommée dans le monde: aujourd'hui la planète en héberge 23 milliards. "La masse totale des poulets domestiques est trois fois supérieure à celle de toutes les espèces d'oiseaux sauvages réunies", fait remarquer Carys Bennett.

S'ils permettent de nourrir une large partie de l'humanité, les poulets d'élevage d'aujourd'hui sont également un bel exemple de la façon dont nous modifions les organismes vivants qui se développent sur la Terre et "un marqueur potentiel de l'Anthropocène", la période actuelle marquée par l'influence de l'homme sur les processus terrestres, notent les chercheurs.

Une évolution "tragique si l'on considère les conséquences pour ces oiseaux", précise Carys Bennett.