NOUVELLES
10/12/2018 16:22 EST | Actualisé 10/12/2018 16:24 EST

Des troubles langagiers seraient une manifestation de l'alzheimer

C'est ce qu'ont découvert des chercheurs de l'Université Laval.

AP Photo/Matt York

QUÉBEC — Certains troubles du langage qui apparaissent pendant la cinquantaine sont en fait une manifestation de la maladie d'Alzheimer, selon une étude internationale dirigée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université Laval et du Centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval.

L'examen de patients atteints d'aphasie logopénique, un trouble du langage qui entraîne des difficultés à trouver ses mots ou à répéter des phrases longues et complexes, a révélé chez 86 pour cent d'entre eux un taux anormalement élevé de protéine bêta-amyloïde, une caractéristique typique de la maladie d'Alzheimer.

Cette découverte est le fruit de l'effort concerté de plus de 100 chercheurs répartis dans 36 centres à travers le monde. Ces équipes ont étudié 1251 patients atteints de trois formes d'aphasie: sémantique, non fluente et logopénique.

Les résultats ont révélé que les concentrations de bêta-amyloïde étaient anormalement élevées chez 86 pour cent des patients lorsque l'aphasie était de type logopénique. Dans les deux autres formes d'aphasie étudiées, des taux anormaux de bêta-amyloïde ont été détectés chez seulement 20 pour cent ou moins des patients.

Le premier auteur de l'étude, le chercheur David Bergeron, a expliqué dans un communiqué que «les personnes atteintes de ce type d'aphasie souffrent d'un "manque du mot", elles bloquent à répétition dans une phrase, elles peinent à trouver leurs mots et elles parviennent difficilement à répéter une phrase qui vient de leur être dite».

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Son collègue, le docteur Robert Jr Laforce, qui a aussi contribué à l'étude, spécifie que ce ne sont pas les noms propres qui posent problème, mais les mots pour décrire précisément une chose ou une situation dans une conversation libre.

«Ça donne des conversations vagues parce qu'on n'arrive pas à trouver le bon mot pour préciser sa pensée», a-t-il expliqué en entrevue avec La Presse canadienne.

Il s'agirait «d'une forme atypique de la maladie d'Alzheimer qui se manifeste à un plus jeune âge que la forme classique», souligne le chercheur David Bergeron.

Un dépistage précoce

Les personnes dans la cinquantaine ou la soixantaine qui sont atteintes d'aphasie logopénique présenteraient un risque élevé que leur condition cache en fait la maladie d'Alzheimer.

Le docteur Laforce souligne l'importance de cette découverte pour le traitement de la maladie. «C'est très important parce que l'idée dans notre domaine, actuellement, c'est de dépister de façon précoce», indique le neurologue et neuropsychologue.

«Quand les neurones sont en stade modéré ou en stade sévère d'atteinte de la maladie d'Alzheimer, il est trop tard. On peut transplanter un poumon, on peut transplanter un coeur, mais on ne peut pas transplanter un cerveau», observe le médecin associé à la faculté de médecine de l'Université Laval.

Pour le docteur Laforce, ce qu'il faut retenir de cette étude, c'est que l'alzheimer «n'a pas seulement un "visage mémoire", mais un "visage langage" aussi».

«Quand les gens remarquent des changements dans la capacité de leurs proches à s'exprimer, il faut amener cette possibilité-là à leur médecin de famille pour faire un dépistage», insiste le spécialiste.

Plus le diagnostic survient précocement, plus vite les patients et leur famille peuvent se préparer. De plus, si la médecine actuelle ne parvient pas encore à guérir la maladie d'Alzheimer, des traitements sont disponibles pour stabiliser le patient pour une période d'environ trois ans.

Les détails de l'étude ont été publiés récemment dans la revue scientifique «Annals of Neurology».