POLITIQUE
06/12/2018 11:28 EST | Actualisé 06/12/2018 11:28 EST

Justin Trudeau n'exclut pas l'interdiction de posséder des armes de poing et d'assaut au Canada

Seules les personnes autorisées, comme les agents de police par exemple, pourraient en posséder.

ugurhan via Getty Images

MONTRÉAL — Le premier ministre Justin Trudeau affirme que son gouvernement réfléchit présentement sur l'adoption de mesures visant à resserrer le contrôle des armes de poing et des armes d'assaut au Canada.

En entrevue jeudi à la station radiophonique 98,5FM, de Montréal, le chef du gouvernement canadien a estimé que la violence actuellement liée à l'usage de ces deux types d'arme à feu au pays était inacceptable.

Il a précisé qu'il tenait au moins à des mesures limitant davantage l'accès à ces armes, mais il n'a pas exclu l'interdiction de leur possession au Canada, sauf pour les personnes autorisées, comme les agents de police.

Un peu plus tôt à la même station radiophonique, le chroniqueur Bernard Drainville avait soutenu que le gouvernement du Canada procédait présentement à des consultations et qu'une décision serait probablement annoncée après Noël. Il a dit ignorer si un droit serait reconnu aux Canadiens qui possèdent déjà de telles armes à feu.

Le projet de loi C-71, qui modifie certaines lois et un règlement relatifs aux armes à feu, a été soumis à l'examen du Sénat.

Ce projet de loi a plusieurs objectifs: améliorer les vérifications d'antécédents pour les individus cherchant à acquérir des armes à feu, supprimer la vérification uniquement sur les cinq dernières années précédant la demande de permis, accroître les vérifications d'antécédents et l'efficacité du système de délivrance de permis, et contraindre les détaillants à conserver des registres appropriés de leurs inventaires et des ventes.

Il est donc plausible de croire que la réflexion actuelle du gouvernement du Canada pourrait accoucher de mesures supplémentaires à celles prévues dans le projet de loi C-71.

À voir également: