NOUVELLES
05/12/2018 16:11 EST | Actualisé 06/12/2018 11:34 EST

Montréal: bientôt une «taxe» sur les tasses à café jetables?

Une coalition de cafés indépendants songe à charger 0,25$ de plus pour chaque café vendu dans une tasse jetable.

L'intérieur des gobelets de carton utilisés pour les boissons chaudes est revêtu de polyéthylène (plastique). Ils ne sont donc pas recyclables. Les couvercles, généralement faits de plastique #6, ne peuvent être recyclés qu'à de très rares endroits sur l'île de Montréal.
Rattankun Thongbun via Getty Images
L'intérieur des gobelets de carton utilisés pour les boissons chaudes est revêtu de polyéthylène (plastique). Ils ne sont donc pas recyclables. Les couvercles, généralement faits de plastique #6, ne peuvent être recyclés qu'à de très rares endroits sur l'île de Montréal.

Y songeriez-vous à deux fois avant de commander un café pour emporter si vous deviez payer pour votre gobelet? Un regroupement de cafés indépendants de Montréal songe à imposer une «taxe» de 0,25$ pour chaque tasse jetable vendue dans leurs établissements afin de réduire leur impact environnemental.

L'initiative a été mise en branle par Samuel Perreault, copropriétaire des cafés Paquebot et du torréfacteur Zab, cette semaine. En entrevue avec le HuffPost Québec, l'homme d'affaires a affirmé que plus d'une dizaine de cafés de l'île s'étaient dit intéressés à implanter une telle mesure. Un organisme à but non lucratif (OBNL) se chargerait de la bonne gestion des fonds recueillis.

Dans un document de travail publié sur le groupe Facebook privé «Baristas MTL», on explique que l'argent amassé par l'OBNL - quelque 35 000$ pour les trois cafés Paquebot et le café Pista seulement, selon les calculs de M. Perreault - permettrait de mettre en place certaines améliorations pour réduire l'empreinte environnementale des restaurants.

«Les montants recueillis par la vente des contenants à utilisation unique seront réinjectés dans l'organisme dans le but de financer la recherche et le développement de produits et de méthodes plus écologiques pour les coffee shops et l'instauration de pratiques vertes dans tous les cafés participants», peut-on y lire.

Facebook/Paquebot Bélanger
Samuel Perreault espère qu'une «taxe» de 0,25$ encouragera les Montréalais à apporter leur propre tasse ou à consommer leur boisson sur place plutôt que d'utiliser un gobelet jetable.

La «taxe» permettrait aussi de verser un salaire à Olivia St-Laurent, une étudiante en sciences de l'environnement qui a inspiré le projet.

«Olivia voulait nous aider à rendre les cafés plus verts. Je trouvais ça cool de sa part, mais je trouvais qu'il manquait un salaire pour elle dans cette histoire-là», raconte Samuel Perreault.

Faire rayonner Montréal

Une rencontre d'information à l'intention des cafés aura lieu mardi prochain au café Paquebot de la rue Bélanger.

Samuel Perreault espère que les cafés indépendants seront nombreux à se joindre à l'aventure. «Notre but, c'est de faire shiner Montréal et d'influencer d'autres grandes villes», résume-t-il.

À terme, il espère aussi «mettre de la pression» sur les grandes chaînes comme Tim Hortons, McDonald's et Starbucks, qui figurent parmi les plus importants générateurs de déchets sur l'île de Montréal selon une étude réalisée pour la Ville par la coopérative de solidarité Les Valoristes.

M. Perreault compte par ailleurs demander des subventions à la Ville pour mettre son projet en place.

En mêlée de presse mercredi matin à l'hôtel de Ville, la mairesse Valérie Plante n'a pas pu dire si une taxe sur les gobelets jetables pour l'ensemble du territoire de la Ville de Montréal était envisagée. Elle a toutefois assuré que «toutes les possibilités» permettant de réduire la quantité de matières résiduelles produites étaient évaluées.

Contactés par le HuffPost Québec, les restaurants Tim Hortons, McDonald's et Starbucks du Canada n'avaient pas répondu, au moment de mettre en ligne cet article, pour indiquer s'ils étaient ouverts à l'idée de se joindre à l'initiative des cafés Paquebot.

Avec Olivier Robichaud