POLITIQUE
04/12/2018 15:27 EST | Actualisé 04/12/2018 15:39 EST

Énergie Est : «Ce n’est pas un projet qui nous excite», dit Pierre Fitzgibbon

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick veut relancer le projet de pipeline.

Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, n'est pas tellement intéressé par Énergie Est.
La Presse canadienne
Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, n'est pas tellement intéressé par Énergie Est.

QUÉBEC – Le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon, n'est pas particulièrement allumé par la relance du projet de pipeline Énergie Est qui est souhaitée par le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, entre autres.

M. Higgs souhaite convaincre ses homologues des autres provinces, ainsi que des politiciens fédéraux, de ressusciter ce projet qui a été abandonné par TransCanada. Il compte en parler au premier ministre François Legault lors de la réunion des premiers ministres à Montréal, ce vendredi.

Mais le nouveau premier ministre du Nouveau-Brunswick risque d'essuyer une déception, puisque le gouvernement Legault estime qu'il ne s'agit pas d'une «priorité» et qu'il n'est «pas d'intérêt», a fait valoir le ministre Fitzgibbon.

LIRE AUSSI:
» Immigration: pas le meilleur moment pour réduire les seuils, dit Justin Trudeau

«Je pense que nous sommes un gouvernement qui se veut à caractère économique, mais dans un contexte responsable socialement. Le premier ministre François Legault a été très, très clair. On va voir ce qui va arriver, mais pour l'instant, ce n'est pas une priorité», a-t-il dit.

Le promoteur a abandonné le projet de pipeline il y a plus d'un an. Il devait acheminer du pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'au Nouveau-Brunswick, en passant par des régions habitées au Québec.

«Il n'y a rien qui nous a été présenté, rappelle Fitzgibbon. À un moment donné, il faut être responsables, il faut avoir une rigueur. Le projet n'est pas sur la table, il n'est pas en étude d'évaluation nulle part. Tout ce qu'on peut dire, c'est que ce n'est pas un projet qui nous excite. Carrément pas.»

Scheer et Ford en accord

Même si aucun projet de relance n'est sur les rails, des politiciens ailleurs au pays sont en faveur de ce projet qui transporterait 1,1 million de barils de pétrole d'ouest en est par jour.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a promis de discuter avec TransCanada s'il est élu premier ministre l'an prochain pour relancer le projet. Le premier ministre ontarien, Doug Ford, s'est aussi montré en faveur du projet.

Les partis d'opposition à Québec se sont montrés inquiets de voir le gouvernement Legault ouvrir la porte à Énergie Est.

«Il n'avait jamais fermé la porte lorsqu'il était dans l'opposition, là, il aura une décision à prendre éventuellement. Pour l'instant, on prend acte de sa tiédeur», a déclaré Pascal Bérubé, chef par intérim du Parti québécois.

«Si M. Legault a ouvert l'oreille dans les dernières années, il a bien entendu comme moi que les Québécois et Québécoises n'en veulent pas, d'Énergie Est», a dit pour sa part la chef parlementaire de Québec solidaire, Manon Massé.