POLITIQUE
04/12/2018 19:07 EST | Actualisé 04/12/2018 19:07 EST

6500 arbres à abattre dans un site classé patrimonial

Le parc-nature du Bois-de-Saraguay sera le théâtre de la plus importante opération d'abattage depuis l'arrivée de l'agrile du frêne.

catnap72 via Getty Images

Montréal devra mettre la tronçonneuse à l'oeuvre dans un de ses parcs-nature. La Ville se prépare à abattre près de 6500 arbres au parc-nature du Bois-de-Saraguay, un endroit classé patrimonial, principalement à cause des ravages de l'agrile du frêne.

Depuis les dernières années, Montréal abat environ 4000 frênes par année à cause de cet insecte ravageur. Une vaste opération est d'ailleurs en cours pour abattre 4000 arbres sur le mont Royal.

Au Bois-de-Saraguay, ce sont 6321 frênes malades et 152 arbres de tout genre jugés dangereux qui seront retirés. L'opération s'étirera de janvier à la fin du mois de mars et coûtera 1,1 M$.

Le bilan final pourrait être plus grand, puisque certains arbres peuvent avoir été infectés au cours des quelques mois séparant l'inspection et l'exécution du contrat.

Travaux plus difficiles

Selon les documents soumis au comité exécutif, le statut du boisé situé au nord de l'île compliquera l'opération. Le ministère de la Culture et des Communications le considère comme patrimonial, entre autres à cause de la variété d'espèces végétales qui s'y trouve et de la présence d'arbres centenaires. Les autorisations ne devraient toutefois pas être difficiles à obtenir, puisque le gouvernement du Québec a délégué ce pouvoir à la métropole.

Par ailleurs, le fait même que les travaux se font en milieu boisé complique aussi la tâche des travailleurs.

«Les travaux étant réalisés en milieu forestier, l'essouchement y est impossible puisque le déchiquetage des souches blesserait les racines des arbres et des végétaux environnants», lit-on dans les documents soumis à la Ville.

La plupart des abattages effectués jusqu'ici concernaient des arbres isolés dans des parcs ou en bordure de rue, par exemple.

L'agrile du frêne est une espèce envahissante provenant d'Asie. Elle a fait son apparition au Canada en 2002 et a été détectée à Montréal pour la première fois en 2011.