NOUVELLES
02/12/2018 11:21 EST | Actualisé 03/12/2018 06:15 EST

Les astronautes «confiants» avant le premier vol habité depuis le lancement raté

L'astronaute canadien David Saint-Jacques fait partie de la mission qui se rendra à la Station spatiale internationale.

Les trois astronautes qui s'envoleront lundi pour la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'une fusée russe Soyouz, premier vol humain depuis le lancement raté du 11 octobre, ont assuré qu'ils se "sentent prêts" et ont "confiance" en ceux qui ont conçu la fusée.

L'astronaute américaine Anne McClain, le spationaute canadien David Saint-Jacques et le cosmonaute russe Oleg Kononeko décolleront à 6h31 du cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, à destination de l'ISS pour une mission qui durera plus de six mois.

"On se sent vraiment prêts pour ça", a déclaré Anne McClain pendant la traditionnelle conférence de presse de veille de lancement, disant avoir "confiance" en l'agence spatiale russe Roskosmos et l'enquête qu'elle a menée pour connaître les raisons de l'échec du dernier lancement.

"Nous sommes prêts à partir et nous ne pensons pas à ça", a-t-elle poursuivi alors qu'elle était interrogée sur ce lancement raté.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

"Le risque fait partie de notre métier", a déclaré de son côté le commandant de bord Oleg Kononeko, ajoutant avoir "totalement" confiance en l'équipe les ayant préparés pour le vol.

"Nous sommes psychologiquement et techniquement prêts pour le décollage et n'importe quelle situation qui pourrait arriver à bord, Dieu nous en préserve", a ajouté le cosmonaute de 54 ans, dont ce sera le quatrième vol spatial.

Le 11 octobre, une fusée Soyouz devant amener deux spationautes sur l'ISS avait connu une défaillance deux minutes après le décollage: un des propulseurs du premier étage de la fusée s'était mal détaché et avait heurté le second étage, contenant essentiellement du carburant.

La commission d'enquête mise en place par Roskosmos avait conclu à la "déformation" d'un capteur lors de l'assemblage de la fusée Soyouz à Baïkonour.

"J'étais assez chanceux d'être là pour être le témoin de leur vol qui ne l'ai pas fait. Bien sûr, notre première pensée, c'est 'Est-ce que l'équipage est OK?'", a déclaré le Canadien David Saint-Jacques. "Et l'équipage était OK, grâce au design incroyablement sûr", a ajouté le cosmonaute de 48 ans, dont ce sera le premier vol spatial.

Mais ils sont rentrés sur Terre sains et sauf. Dans un sens, cet évènement me rassure sur la conception intelligente du Soyouz et le travail incroyable de l'équipe de recherche ici sur Terre.David Saint-Jacques

Depuis, plusieurs fusées russes Soyouz ont décollé avec succès des cosmodromes de Baïkonour et de Kourou (Guyane). Le 16 novembre, une Soyouz a mis sur orbite un vaisseau cargo Progress chargé de ravitailler l'ISS, premier lancement vers le laboratoire orbital depuis l'accident.

Initialement prévu le 20 décembre, le lancement de lundi a été avancé afin d'assurer une présence permanente dans l'ISS, l'équipage actuel composé de Sergueï Prokopiev, Alexander Gerst et Serena Auñón-Chancellor devant revenir sur Terre le 20 décembre.

Leur amarrage à l'ISS est prévu six heures à peine après le lancement.