DIVERTISSEMENT
29/11/2018 01:50 EST | Actualisé 29/11/2018 01:57 EST

«Je m'en occupe»: Philippe Laprise en pleine possession de ses moyens

L'humoriste signe un troisième spectacle rythmé et délirant avec lequel il a su peaufiner son sens du punch...

Facebook/Philippe Laprise

Philippe Laprise présentait pour la première fois au public montréalais son troisième one-man-show, ce mercredi 28 novembre, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Dans ce nouveau spectacle intitulé Je m'en occupe, l'humoriste se penche sur différentes situations du quotidien dans lesquelles ces mots sont susceptibles de nous venir en bouche. Il décrit en long et en large les moyens parfois absurdes que nous prenons pour parvenir à nos fins, pour régler un problème, ou pour faire face à une situation que nous ne pouvons pas forcément contrôler.

La proposition est en soi fort simple, et voit son auteur arpenter des lieux communs, mais en s'intéressant à des détails qui, eux, sortent davantage des sentiers battus.

Philippe Laprise se concentre sur des valeurs sûres comme la vie de famille, la santé, le sexe, les problèmes de couple, mais à travers une vision dans laquelle le spectateur peut à la fois se reconnaître et s'imprégner de la candeur et de la douce folie.

Car l'humoriste de 42 ans demeure une véritable bête de scène, déployant une énergie contagieuse lui permettant d'entraîner son public sans trop de difficulté dans ses (longs) délires.

L'importance des détails

Je m'en occupe se révèle toutefois une proposition à double tranchant, Laprise préférant aller au bout de chacune de ses histoires plutôt que de sauter du coq à l'âne. Une dynamique qui ne plaira pas forcément à ceux qui auraient préféré voir l'artiste aborder davantage de sujets de façon plus concise.

Ceci étant dit, pour réussir à faire lever un long numéro sur une tondeuse de nez, sur la sénilité d'un animal de compagnie, ou encore sur les raisons pour lesquelles il est fortement déconseillé de porter des bobettes lorsqu'on fait de longues randonnées à vélo, il faut être en pleine possession de ses moyens.

L'humoriste n'évite évidemment pas certains gags éculés, voire périmés. On pense à ce passage sur la crise de la quarantaine au cours duquel il parle d'un ami qui vient de découvrir avec stupéfaction que - roulement de tambour - certaines femmes aiment le sexe.

Laprise sauve néanmoins la mise dans la majorité des cas en présentant ces moments moins inspirés comme simple partie d'un tout qui, lui, s'avère généralement désopilant et très articulé.

L'humoriste livre d'ailleurs son spectacle comme une décharge électrique, alternant entre différents niveaux d'intensité et s'adonnant à un humour souvent très physique sans que le tout ne devienne jamais agressant ou ne sombre dans la caricature.

Raconteur aussi perspicace qu'attachant, Philippe Laprise signe un troisième spectacle rythmé avec lequel il a su peaufiner son sens du punch. Je m'en occupe se laisse néanmoins découvrir et apprécier en deux temps. Son rythme particulier ne plaira peut-être pas à tous au premier abord, mais récompensera les plus patients en les faisant souvent rire aux éclats.

Cliquez ici pour tous les détails sur la tournée «Je m'en occupe» de Philippe Laprise.