POLITIQUE
28/11/2018 16:40 EST | Actualisé 29/11/2018 09:59 EST

Ce que François Legault a dit lors de son discours inaugural, thème par thème

On a épluché son allocution d'une heure pour que vous n'ayez pas à le faire. 🤓

Jacques Boissinot/La Presse canadienne

QUÉBEC – L'éducation, l'économie et la santé : le premier ministre François Legault a dressé une liste de ses priorités pour les quatre prochaines années. Il a aussi confirmé que son premier projet de loi porterait sur la réforme du mode de nomination du commissaire de l'UPAC.

Voici, en rafale, ce qu'il a dit dans son discours inaugural sur les grands thèmes qu'il a abordés :


Éducation

Il s'agit de la «première grande priorité» du gouvernement Legault. Le premier ministre a d'ailleurs consacré une bonne partie de son discours à détailler sa vision de l'éducation pour les années à venir.

Le financement de l'éducation va être en augmentation pour les quatre prochaines années. «Même si le Québec devait affronter un ralentissement économique, le financement de l'éducation va être protégé», a-t-il promis.

M. Legault a demandé à trois de ses ministres – Lionel Carmant à la Santé et aux Services sociaux, Jean-François Roberge à l'Éducation, Mathieu Lacombe à la Famille – de s'attaquer au dossier du dépistage des difficultés d'apprentissage.

Concernant la petite enfance, M. Legault assure qu'il n'a «aucunement l'intention de démanteler ou d'affaiblir» les centres de la petite enfance même s'il veut offrir des places en maternelle pour les enfants de quatre ans.

Il s'est voulu rassurant pour ceux qui craignent qu'on envoie les enfants à l'école trop tôt.

La prématernelle 4 ans est fondée sur des techniques adaptées au jeune âge, notamment l'apprentissage par le jeu. Elle ne sera pas obligatoire.François Legault

À noter aussi :

  • Tel que promis, la CAQ ajoutera cinq heures par semaine dans les écoles secondaires, qui seront utilisées pour les sports, les arts et l'aide aux devoirs.
  • Le gouvernement a l'intention d'aller de l'avant avec sa promesse de mieux payer les enseignants en début de carrière.
  • Les commissions scolaires seront abolies pour être transformées en centres de service. Les élections scolaires et les postes de commissaires seront également abolis.

Au plan de l'éducation supérieure, M. Legault «insiste particulièrement sur la nécessité de rapprocher les chercheurs et les entrepreneurs qui, lorsqu'ils mettent ensemble leurs forces, peuvent innover et enrichir toute la société».


Économie

Tel que répété par le passé, M. Legault souhaite, à long terme, que le Québec ne reçoive plus de péréquation. «C'est une question d'autonomie, mais aussi une question de fierté», a-t-il dit.

Il avait aussi plusieurs engagements pour les familles :

  • Créer un nouveau programme d'allocations famille pour que les parents reçoivent des montants plus élevés à partir du deuxième enfant.
  • Ramener le tarif unique des garderies subventionnées pour toutes les familles.
  • Instaurer un taux unique de taxe scolaire à la grandeur du Québec, en le ramenant au taux le plus bas.

Le premier ministre a réitéré son désir de vouloir changer les façons de faire chez Investissement Québec afin qu'il devienne «plus agile, plus volontaire, plus ambitieux, plus entreprenant».

Il veut aussi mettre en place une fiscalité qui encourage l'investissement des entreprises, en allégeant le fardeau administratif des entreprises et en éliminant la «bureaucratie inutile». Il veut aussi que l'État soit plus «efficace» dans l'attribution de différents permis.

Aux marchés internationaux, il a lancé le message suivant : «Venez investir chez nous. On va vous accueillir à bras ouverts.»

M. Legault veut que les relations internationales du Québec prennent un virage plus commercial – notamment en diversifiant ses exportations en Europe, dans l'Afrique francophone, au Mexique et en Asie.


Environnement

«Je ne peux ignorer ce défi de l'urgence climatique et continuer de regarder mes deux fils dans les yeux», a affirmé M. Legault, qui a été critiqué sur le dossier de l'environnement dans les dernières semaines.

Or, il admet qu'il est possible que le Québec n'atteigne pas les cibles de réduction de GES prévues en 2020.

Malgré tout, il a l'intention de poser des actions pour les réduire dès maintenant :

  • En utilisant le marché du carbone avec la Californie.
  • En investissant dans les transports en commun, comme le tramway de Québec et le prolongement de la ligne bleue à Montréal.
  • En accélérant l'électrification des transports.
  • En décontaminant des terrains en bordure du fleuve Saint-Laurent dans l'est de Montréal et dans plusieurs régions du Québec, tel que prévu dans son projet Saint-Laurent.

M. Legault a aussi exprimé son désir de voir le troisième lien à Québec devenir un «projet de développement durable» en reliant les deux rives de Québec et de Lévis avec le transport collectif.

Le premier ministre a déjà commencé à faire la promotion de son projet d'Alliance énergétique avec l'Ontario et la Nouvelle-Angleterre, qui vise à vendre l'hydroélectricité «verte, abondante et abordable du Québec».

«Plus la pression va augmenter pour réduire les émissions de GES dans le monde et plus l'énergie propre du Québec va devenir un facteur-clé dans les décisions d'investissements», a-t-il résumé.


Santé

Concernant l'entente avec les médecins spécialistes, M. Legault a répété qu'il avait convenu avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec de confier à un organisme indépendant de mener une étude pour comparer les salaires entre les médecins du Québec et des autres provinces.

«Le gouvernement va procéder aux réajustements à partir des résultats de cette étude», a réaffirmé M. Legault.

En parallèle, le gouvernement compte négocier un nouveau mode de rémunération avec les médecins de famille, afin d'avoir «moins de paiements à l'acte et plus de rémunération pour la prise en charge des patients».

Ce changement incitera les médecins à déléguer plus d'actes médicaux aux autres professionnels de la santé, selon la CAQ.

M. Legault avait quelques mots à l'intention de sa ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais : le gouvernement va financer des maisons de répit et adopter une politique nationale des proches aidants.

Il veut aussi «aider davantage» les parents d'enfants lourdement handicapés, sans préciser l'ampleur de l'aide promise, en plus de rénover les CHSLD et augmenter le nombre de préposés dans les établissements.

Mais il ne compte pas poursuivre avec le modèle des CHSLD bien longtemps : M. Legault veut toujours aller de l'avant avec ses maisons des aînés, «le projet d'une génération».

Finalement, la CAQ va déposer un projet de loi avant Noël pour imposer la ligne dure sur le cannabis et augmenter l'âge légal de cette drogue à 21 ans.


Immigration et laïcité

Il a eu quelques mots pour la pénurie de main-d'œuvre qui affecte toutes les régions du Québec, en promettant de mieux arrimer la formation avec les besoins des entreprises et encourager les personnes plus âgées à travailler à temps partiels.

À son avis, le Québec ne peut pas se fier seulement sur l'arrivée de nouveaux arrivants. «L'immigration fait certainement partie de la solution, mais il va falloir changer de cap», dit-il.

La CAQ veut diminuer le nombre d'immigrants au Québec, mais le nombre n'a pas été précisé lors du discours.

À la place, M. Legault a insisté sur les critères d'accueil qui seront privilégiés, soit le lien d'emploi avec une entreprise québécois et pour les candidats qui voudront aller en région.

À son avis, il faut débattre d'immigration «calmement et sereinement, en évitant les accusations délirantes qu'on a entendues trop souvent dans les dernières années».

On doit éviter de regarder de haut, avec mépris, les inquiétudes légitimes de la population québécoise.François Legault

Sur le dossier de la laïcité, le premier ministre insiste que «cette question traîne depuis plus de dix ans maintenant» et que «les Québécois en ont assez».

Il maintient son intention de «bouger rapidement» pour interdire le port des signes religieux chez les employés de l'État en situation d'autorité coercitive et les enseignants du primaire et du secondaire.


Justice

M. Legault a énuméré trois priorités dans ce dossier :

  • Accélérer l'administration de la justice pour éviter les délais déraisonnables.
  • Améliorer l'accès à la justice pour les Québécois de la classe moyenne – qui ne peuvent pas se payer une défense et ne sont ni éligibles à l'aide juridique.
  • Moderniser le droit à la famille afin de tenir compte des réalités du 21e siècle.


Réforme du mode de scrutin

La ministre de la Justice, Sonia LeBel, est déjà au travail pour changer le mode de scrutin. Mais M. Legault précise que cette réforme va nécessiter un «consensus politique».

Ce que François Legault a dit lors de son discours inaugural, thème par