NOUVELLES
27/11/2018 12:56 EST | Actualisé 27/11/2018 12:56 EST

Un réfugié syrien bloqué pendant des mois en Malaisie finalement arrivé au Canada

Hassan al-Kontar s'est retrouvé dans une situation invraisemblable: interdit d'entrée en Malaisie, tout en étant empêché d'en repartir.

Ben Nelms/The Canadian Press via AP
Hassan Al Kontar à son arrivée à Vancouver, lundi.

Un réfugié syrien, bloqué depuis des mois dans un terminal d'un aéroport malaisien, est arrivé à Vancouver après avoir obtenu la résidence permanente au Canada, ont indiqué mardi une source gouvernementale et son avocat.

Hassan al-Kontar s'est retrouvé dans une situation invraisemblable en mars quand il s'est vu interdire l'entrée en Malaisie en raison d'un problème de visa, tout en étant empêché d'en repartir.

Bloqué à l'aéroport international de Kuala Lumpur, il avait attiré l'attention sur sa situation en partageant sur les réseaux sociaux messages et photos montrant comment il survivait grâce à des repas donnés par des compagnies aériennes ou se lavant et se coupant les cheveux dans les toilettes du terminal. Il avait finalement été arrêté en octobre par des agents de l'immigration.

Après son arrestation, la Malaisie avait annoncé son intention de travailler avec les autorités syriennes pour le renvoyer dans son pays natal, plongé dans une guerre sanglante depuis 2011.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Mais les autorités malaisiennes se sont ravisées après que le Canada lui a accordé la résidence permanente, grâce à un groupe de citoyens canadiens qui l'ont parrainé comme réfugié, a expliqué son avocat Andrew Brouwer.

"C'est fini pour moi les aéroports, je ne veux plus rien savoir des aéroports", a dit M. al-Kontar à son arrivée à Vancouver à la chaîne CBC, visiblement épuisé mais soulagé après un long vol sans sommeil au-dessus du Pacifique.

"Au Canada, vous avez quelque chose de précieux, un groupe de gens extraordinaires qui croient qu'ils peuvent faire la différence, et qui le font", a-t-il ajouté. Il a été accueilli par Laurie Cooper, une femme de Whistler qui, avec l'aide d'autres résidents de cette station de ski et d'une association musulmane, a collecté 15 000 $ pour le faire venir au Canada.

"Cela va bien se passer", a conclu M. al-Kontar en montant dans la voiture l'emmenant à Whistler (120 km au nord de Vancouver), où l'attend un emploi dans un hôtel.