POLITIQUE
21/11/2018 11:26 EST | Actualisé 22/11/2018 07:18 EST

Postes Canada: la loi spéciale soumise au vote jeudi?

La ministre fédérale du Travail, Patty Hajdu, a invité à nouveau les deux parties à s'entendre.

Darren Calabrese/La Presse canadienne

Une loi spéciale pour forcer le retour au travail des employés de Postes Canada pourrait être soumise au vote dès jeudi aux Communes.

Le préavis de 48 heures a déjà été donné à la Chambre, a indiqué mercredi matin la ministre fédérale du Travail. "Nous aurons ainsi toute la latitude pour présenter ce projet de loi en temps voulu", a expliqué Patty Hajdu à la presse, avant la réunion du caucus libéral mercredi matin.

La ministre a expliqué qu'elle ne souhaitait pas en arriver à une loi spéciale, mais a souligné que plusieurs petites et moyennes entreprises comptaient sur la livraison des colis pour réaliser des profits à l'approche de la période des Fêtes. Cela dit, Mme Hajdu a invité à nouveau les deux parties à s'entendre, en souhaitant une "solution substantielle et significative" à ce conflit de travail.

La ministre avait reconduit, mardi, le mandat du médiateur spécial Morton Mitchnick pour tenter de dénouer l'impasse, tout en brandissant la menace d'une loi spéciale. M. Mitchnick a déjà présidé la Commission des relations de travail de l'Ontario, et la ministre a indiqué que son gouvernement est disposé à lui accorder le temps voulu.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) conteste l'argument de la partie patronale selon lequel il y aurait d'importants retards dans la livraison des colis. Le syndicat a indiqué, mercredi, qu'il y avait environ 70 remorques en attente à Toronto. Un volume de colis qui pourrait être traité en quelques jours seulement, en plus des autres cargaisons en attente ailleurs en Ontario et dans les Maritimes, selon le STTP.

"Nous sommes convaincus que Postes Canada a inventé une crise juste pour que le gouvernement intervienne", a affirmé le président national du STTP, Mike Palecek, dans un communiqué.

"Si c'est le cas, c'est un grave problème, qui ne fera qu'empoisonner davantage le milieu de travail et les relations de travail pendant de nombreuses années", a-t-il ajouté.

M. Palecek a salué la décision du gouvernement de réassigner le médiateur spécial Morton Mitchnick dans le dossier, mais il s'inquiète des démarches du gouvernement libéral qui prépare le terrain pour adopter une loi spéciale.

"Notre comité de négociation fera de son mieux pour parvenir à une entente. Malheureusement, par son annonce, le gouvernement nous coupe l'herbe sous le pied", a déploré le président du STTP.

La ministre Patty Hajdu a affirmé que les deux parties "doivent travailler très fort" pour parvenir à une entente, mais a rappelé qu'elle était prête à "prendre (d'autres moyens) pour restaurer le service pour les Canadiens", en soulignant qu'"en cette période de l'année très occupée, les gens comptent sur Postes Canada pour la livraison de colis".

Des grèves tournantes ont lieu un peu partout au pays depuis cinq semaines, mais les deux parties soutiennent qu'elles demeurent à la table de négociations.

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des Postes a refusé lundi de décréter une trêve pendant la période des Fêtes en échange d'une prime de 1000 $ pour chacun de ses 50 000 membres. Le syndicat estime que les employés auraient alors continué de travailler jusqu'au 31 janvier dans les mêmes conditions qu'ils souhaitent précisément améliorer.

À LIRE AUSSI: