POLITIQUE
21/11/2018 07:58 EST | Actualisé 22/11/2018 08:10 EST

Mise à jour économique: le gouvernement fédéral viendra au secours des médias

Le ministre des Finances Bill Morneau a aussi dévoilé son plan pour aider le Canada à attirer des investissements.

Chris Young/La Presse canadienne

Les libéraux ont concocté un plan d'aide pour les médias d'information, proposant entre autres un crédit d'impôt pour aider les entreprises à payer leurs journalistes. Le coup de pouce a été interprété par les conservateurs comme une tentative d'acheter les médias.

Dans l'énoncé économique qu'il a déposé mercredi, le ministre des Finances a signalé son intention d'allonger 595 millions $ sur cinq ans pour venir en aide à l'industrie médiatique, en proie à des difficultés majeures.

"Les Canadiens ont le droit de pouvoir consulter un vaste éventail de sources d'information indépendantes et de confiance, et le gouvernement a la responsabilité de s'assurer qu'ils ont accès à de telles sources d'information", est-il écrit dans le document.

Le fédéral annonce la création de deux crédits d'impôt: un premier remboursable pour les coûts de main-d'oeuvre liés à la production de contenu et un second non remboursable de 15 pour cent sur les frais d'abonnements à des médias numériques.

Le pourcentage du crédit d'impôt pour la main-d'oeuvre devrait être précisé d'ici le prochain budget fédéral, au printemps, mais il entrera en vigueur de façon rétroactive dès le 1er janvier 2019.

L'autre mesure mise de l'avant dans l'énoncé économique permettrait aux citoyens qui font un don à un organisme de journalisme à but non lucratif de toucher un crédit d'impôt. Les médias qui se muent en OBNL pourraient délivrer des reçus officiels de don, propose le gouvernement.

Mais les contours de ce plan demeurent à définir, et pour ce faire, Ottawa formera un comité d'experts indépendant composé de journalistes et de représentants de l'industrie économique, qui sera mandaté de déterminer les critères d'admissibilité aux crédits.

La somme totale mise de côté pour ces trois mesures pour l'année financière 2019-2020 est la plus modeste du quinquennat: on la chiffre à 45 millions $, alors qu'à titre comparatif, elle devrait atteindre 165 millions $ en 2023-2024.

La façon dont le gouvernement a choisi de procéder peut soulever des questions puisque les médias sont secoués par la crise en ce moment même, et que de nombreux représentants de l'industrie et de syndicats insistent depuis des années sur l'urgence d'agir.

Le ministre Morneau s'est défendu de tarder à bouger. "Nous n'attendons pas", a-t-il tranché en conférence de presse. Mais il faut, a-t-il insisté, s'assurer d'avoir suffisamment de temps pour s'assurer que le plan soit déployé avec "un niveau d'indépendance".

Fait à noter, le gouvernement fédéral ouvre prudemment la porte à l'idée de faire sa part sur le plan du placement publicitaire. La migration des publicités vers les géants du web est l'un des principaux facteurs qui ont contribué à la crise qui secoue le milieu médiatique.

En annexe, dans son énoncé économique, Ottawa prend l'"engagement" de "faire en sorte que les fonds affectés par le gouvernement à la publicité soutiennent mieux les plateformes et les fournisseurs de contenu canadiens".

Les conservateurs opposés

Mais l'annonce de ces intentions ne rassure en rien les conservateurs, qui avaient accusé les libéraux de vouloir "acheter" les journalistes et piper les dés en vue de la prochaine élection quand les rumeurs entourant un plan d'aide avaient commencé à circuler.

"Je pense que les médias ne devraient pas être contrôlés par le gouvernement", a pesté le député Pierre Poilievre, disant craindre que "selon le plan Trudeau", le gouvernement décide de concert avec le comité indépendant qui touche l'argent et qui n'en touche pas.

"Nous voulons protéger l'indépendance des journalistes, et ce n'est pas approprié que le gouvernement essaie d'acheter le contrôle des médias dans une année électorale", a promis l'élu, mercredi, dans le foyer des Communes.

"Ça peut être un danger", a opiné son ancien collègue de caucus Maxime Bernier au moment d'offrir ses réactions. Le chef du Parti populaire a cependant dit vouloir attendre de voir quels seraient les critères et la composition des comités avant de dire si ses craintes sont fondées.

Le chef néo-démocrate Jagmeet Singh "n'accepte pas" la position conservatrice voulant que les libéraux cherchent à soudoyer les représentants de la presse. "Je pense qu'il faut investir et aider les médias", lesquels veulent, "eux-mêmes rester indépendants", a-t-il soutenu.

Il estime que le gouvernement doit maintenant tâcher de faire paraître ses publicités dans des médias nationaux et locaux canadiens plutôt que d'enrichir les Google et les Facebook de ce monde, car "ce serait une meilleure utilisation de nos fonds publics".

Le député bloquiste Gabriel Ste-Marie abonde dans le même sens: "Au fond, le problème avec la crise des médias, c'est qu'il y a une concurrence déloyale qui avantage les géants du web", a-t-il exprimé.

À lire aussi sur la politique fédérale:


Plateforme numérique francophone

L'énoncé économique confirme par ailleurs le financement d'une mesure confirmée en octobre au Sommet de la Francophonie d'Erevan, soit la participation à la création d'une plateforme numérique francophone réunissant des diffuseurs publics membres de TV5MONDE.

Le gouvernement propose d'investir dans ce projet 14,6 millions $ sur cinq ans dès 2019-2020, "afin de mettre en valeur la culture francophone et de protéger sa place dans le monde numérique", est-il écrit dans l'énoncé dévoilé mercredi.

À voir également: