POLITIQUE
20/11/2018 16:37 EST | Actualisé 21/11/2018 11:41 EST

Travailleurs ontariens au Québec: Bernard «Rambo» Gauthier menace François Legault

«Rendus là, on va t’attendre avec la brique pis le fanal!»

QUÉBEC – L'idée du premier ministre François Legault d'engager des travailleurs ontariens, dans l'éventualité où le Québec construise de nouveaux barrages hydroélectriques, ne plaît pas au syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier, qui ne s'est pas gêné pour lui faire savoir.

Lors de sa rencontre avec le premier ministre ontarien Doug Ford, M. Legault lui a soumis son idée de vendre de l'électricité à bas coût en provenance du Québec, au lieu de rénover les centrales nucléaires désuètes de l'Ontario.

Afin de compenser les emplois dans le nucléaire en Ontario, le premier ministre du Québec dit qu'il serait prêt à faire travailler des travailleurs de la province voisine pour construire d'éventuels nouveaux barrages hydroélectriques.

Dans une publication sur Facebook, M. Gauthier prévient M. Legault qu'il aura besoin de l'accord du milieu de la construction au Québec pour aller de l'avant avec son projet d'embaucher des travailleurs ontariens.

(Les citations originales ont été corrigées pour le bien-être du français et de vos yeux.)

«Ça nous a pris des manifs à n'en plus finir et des petites gué-guerres pour finir par avoir un minimum de respect au niveau de l'employabilité pour la construction de barrages hydroélectriques chez nous. Pis toi, mon GÉNIE, tu débarques avec ton idée improvisée d'inviter les Ontariens à venir construire nos barrages!» s'indigne-t-il.

«Il faut être un ostie de sans-dessein pour improviser une offre comme ça aux Ontariens - qui, soit dit en passant, nous chient dessus à tour de bras - sans consulter les principaux intéressés avant de le faire», poursuit M. Gauthier.

Rappelons que M. Ford a rejeté cette idée de M. Legault pour le moment. Mais le premier ministre du Québec a bien l'intention de tenter de convaincre son homologue ontarien d'acheter de l'électricité peu chère et propre du Québec.

Si le plan de la CAQ va comme prévu, «Rambo» n'a pas l'intention de se laisser faire : «Rendus là, on va t'attendre avec la brique pis le fanal!» prévient-il.

La FTQ Construction a par la suite réagi par voie de communiqué en revendiquant que la main d'œuvre locale soit embauchée en priorité sur les chantiers afin d'assurer que les travailleurs de région aient aussi accès à des emplois de qualité.

Voir aussi: