NOUVELLES
19/11/2018 11:20 EST | Actualisé 19/11/2018 11:22 EST

Le président de Nissan Carlos Ghosn arrêté

Il a omis de déclarer des millions de dollars en revenus et qu'il s'est rendu coupable d'autres fautes.

Le président du conseil d'administration du constructeur automobile japonais Nissan a été arrêté lundi et sera renvoyé dans la foulée d'une enquête interne qui a découvert qu'il a omis de déclarer des millions de dollars en revenus et qu'il s'est rendu coupable d'autres fautes.

Le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, a confirmé que Carlos Ghosn a été arrêté lundi après avoir répondu aux questions des procureurs, quelques heures après être rentré au pays.

M. Saikawa a consacré les sept premières minutes d'une rencontre avec les médias à des excuses. Il a dit ressentir «de la déception, de la frustration, du désespoir, de l'indignation et du ressentiment». Il a ensuite dit qu'il cherchera à minimiser l'impact de la situation sur «les activités (de la compagnie) et nos partenaires d'affaires».

L'entreprise de Yokohama, qui compte parmi les principaux constructeurs automobiles de la planète, a expliqué que les inconduites ont été découvertes au fil d'une enquête qui a duré plusieurs mois, après l'intervention d'un dénonciateur.

Nissan a dit fournir de l'information aux procureurs et collaborer avec leur enquête. Les allégations concernent également un autre patron de Nissan, le directeur délégué Greg Kelly.

M. Saikawa a dit que le conseil d'administration votera jeudi sur les congédiements de M. Ghosn et de M. Kelly, qu'il a décrit comme le «cerveau» des malversations alléguées.

Il s'agit d'un geste que la compagnie ne peut pas tolérer. Il s'agit d'une inconduite grave.Hiroto Saikawa, PDG de Nissan

M. Saikawa a révélé que trois types de fautes ont été découverts, notamment la sous-déclaration de revenus, l'utilisation de fonds d'investissement à des fins personnelles et l'utilisation illicite des allocations de dépenses de la compagnie.

Il a promis de renforcer la gouvernance d'entreprise, ajoutant que cette situation s'est potentiellement produite parce que trop de pouvoirs étaient concentrés entre les mains d'une seule personne. Nissan a présenté ses excuses à ses actionnaires.

M. Ghosn avait signé cette année un contrat valable jusqu'en 2022. Selon le diffuseur NHK et l'agence de presse Kyodo, il a empoché l'équivalent de 89 millions $ US pendant la période de cinq ans qui s'est terminée en mars 2015, mais n'a déclaré que 44 millions $ US en revenus.

Selon le rapport annuel de Nissan, la rémunération annuelle de M. Ghosn est passée de plus de 8,9 millions $ US jusqu'à l'exercice 2016 à 6,5 millions $ US pendant l'exercice 2017, soit une chute de plus de 30 pour cent.

M. Ghosn dirige Nissan depuis une vingtaine d'années et on considère généralement qu'il a sauvé le constructeur automobile de la faillite.

Le groupe Nissan-Mitsubishi-Renault vend environ dix millions de véhicules par année.