POLITIQUE
19/11/2018 15:53 EST | Actualisé 19/11/2018 15:59 EST

Le ministère des Affaires étrangères victime d'hameçonnage

Une attaque pourrait installer des logiciels malveillants, amener la perte de certaines informations et même provoquer une interruption complète de service.

La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland lors d'une visite de Bunge, une usine de production alimentaire d'Hamilton, en Ontario.
PC/Nathan Denette
La ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland lors d'une visite de Bunge, une usine de production alimentaire d'Hamilton, en Ontario.

OTTAWA — Le ministère canadien des Affaires étrangères indique que plusieurs de ses employés se sont fait piéger par des courriels frauduleux, un «problème sérieux» qui pourrait mettre à risque des informations confidentielles.

Cet hameçonnage hautement sophistiqué se manifeste dans les courriels, les messages textes ou les réseaux sociaux.

Le ministère entend embaucher une entreprise qui pourrait envoyer de faux courriels d'hameçonnage aux employés pour qu'ils soient sensibilisés au problème et qu'ils comprennent les ruses des pirates.

Dans un appel d'offres rendu public lundi, le ministère précise que les travailleurs qui cliqueraient sur les hyperliens trompeurs seraient redirigés sur une page pour les aider à identifier les caractéristiques de tels courriels.

Le ministère signale qu'une attaque fructueuse pourrait causer plusieurs maux de tête au ministère, allant de l'installation d'un logiciel malveillant, à la perte de certaines informations, en passant par l'interruption complète du réseau gouvernemental. Une telle brèche pourrait même menacer l'intégrité physique des fonctionnaires.

Il y a quatre ans, des pirates avaient utilisé des courriels, des logiciels malveillants et avaient volé des mots de passe pour pénétrer dans les ordinateurs du Conseil national de recherches du Canada afin de trouver des données scientifiques importantes, ainsi que des secrets commerciaux.