NOUVELLES
17/11/2018 09:56 EST | Actualisé 17/11/2018 13:26 EST

Postes Canada: le syndicat rejette les offres

Les grèves tournantes se poursuivront au cours des prochains jours. Le premier ministre Trudeau n'exclut pas l'utilisation d'une loi spéciale.

PC/Ryan Remiorz

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a rejeté, samedi, la dernière proposition de Postes Canada.

La porte-parole syndicale Lise-Lyne Gélineau a expliqué que l'offre était insuffisante et que le comité exécutif national préparait «une réponse» à l'employeur.

Entre-temps, les grèves tournantes se poursuivront.

Postes Canada avait donné jusqu'à samedi minuit au syndicat pour accepter sa dernière proposition.

La semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau avait prévenu que «toutes les options étaient sur la table» pour mettre fin au conflit, laissant planer la menace d'une loi spéciale forçant le retour au travail.

Le gouvernement pourrait prendre une décision dès dimanche, avait indiqué vendredi une source gouvernementale, qui s'était exprimée sous le couvert de l'anonymat.

À l'approche des périodes importantes du Vendredi fou et de Noël, Postes Canada admet que des retards importants dans les livraisons ont été constatés.

Le contrat proposé cette semaine, d'une valeur d'environ 650 millions $, comprenait des augmentations salariales de 2 pour cent par année et une prime à la signature allant jusqu'à 1000 $ par employé. Il contenait également de nouvelles dispositions de sécurité d'emploi, notamment pour les facteurs ruraux et suburbains, qui ont dénoncé leur précarité, ainsi qu'un fonds de santé et sécurité de 10 millions $.

Le syndicat a salué ces avancées, mais il a jugé qu'elles n'étaient pas suffisantes pour mettre un terme aux grèves tournantes.