NOUVELLES
16/11/2018 12:18 EST | Actualisé 16/11/2018 12:37 EST

Sainte-Catherine: Montréal veut prolonger le concept à une voie jusqu'à Atwater

Les études sur la phase 2, la plus longue du projet Sainte-Catherine Ouest, commenceront sous peu.

Une maquette du nouveau concept d'aménagement de la rue Sainte-Catherine, à Montréal.
HuffPost Quebec
Une maquette du nouveau concept d'aménagement de la rue Sainte-Catherine, à Montréal.

Montréal persiste et signe dans sa volonté d'augmenter la place du piéton au centre-ville. L'étendue de concept à une seule voie de circulation pour la rue Sainte-Catherine sera potentiellement triplée pour se rendre jusqu'à Westmount.

Depuis l'an dernier, la Ville mène des travaux sur la portion de la «Sainte-Cath» située entre les rues de Bleury et Mansfield. L'administration Plante a modifié de fond en comble le concept de réaménagement de la rue pour doubler la largeur des trottoirs, retirer les places de stationnement sur rue et enlever une des deux voies de circulation.

Courtoisie - Ville de Montréal
Le concept choisi pour la nouvelle rue Sainte-Catherine, entre de Bleury et Mansfield. La Ville étudie la possibilité de l'étendre jusqu'à Atwater.

Selon un communiqué émis vendredi, ce concept «a été développé avec l'idée de l'étendre à la phase 2 du projet», qui est deux fois plus long et s'étire de la rue Mansfield à l'avenue Atwater.

«Cette étude permettra de valider la faisabilité du scénario proposé, d'analyser les impacts de la poursuite de ce scénario d'aménagement et de proposer les adaptations nécessaires», lit-on dans le communiqué.

Un environnement différent

Cette portion de la rue Sainte-Catherine diffère, à certains endroits, de celle actuellement en chantier.

Les travaux en cours à l'est de Mansfield visent le tronçon le plus fréquenté par les piétons. Il compte de grandes bannières comme La Baie d'Hudson, ainsi que des centres commerciaux dont le Centre Eaton. À l'est, il mène à la Place des Arts.

Il débouche aussi sur l'avenue McGill College, appelée à devenir «l'hypercentre de Montréal», qui mène ensuite à l'université du même nom, à la Place Ville-Marie et, par des tunnels, à la Gare centrale.

Courtoisie - Ville de Montréal
Vue aérienne de la Place Ville-Marie et de l'avenue McGill College.

Pour la phase 2, la portion la plus à l'est est semblable. La taille des édifices diminue après la rue Peel, mais on trouve encore des bannières comme Victoria's Secret et, bien sûr, la Maison Ogilvy. La Place du Canada et le Square Dorchester sont tout près.

L'allure de la rue change beaucoup à l'ouest de la rue Crescent. Les boutiques sont plus petites et la rue Sainte-Catherine devient davantage une artère de commerces de proximité pour les résidents du village Shaughnessy et les étudiants de l'Université Concordia.

Le résidentiel prend beaucoup d'ampleur à l'approche de l'avenue Atwater.

Au cabinet du comité exécutif de la Ville, on indique que le concept final n'est pas encore arrêté. Il est donc trop tôt pour dire si le concept à une voie s'appliquera en tout ou en partie à la phase 2.

Les études commandées auprès de la firme CIMA+ permettront d'analyser la circulation, la fonctionnalité de la rue et l'urbanisme pour déterminer la faisabilité du concept à une voie, selon la Ville.

À LIRE AUSSI:

Montréal: les trottoirs avant les nids de poule

Aide aux commerces en chantier: les premiers chèques versés dès le printemps

BLOGUE: Montréal va-t-elle réussir à devenir un modèle d'accessibilité universelle?

Un tunnel sous la rue

Par ailleurs, la Ville étudie la possibilité d'aménager un tunnel sous la rue Sainte-Catherine pour y faire passer l'ensemble des réseaux d'utilités souterrains, soit les conduites d'eau, de gaz, d'électricité et de télécommunications.

Selon la Ville, cette technique de «galerie multi-réseaux» permettrait de réduire les ouvertures de rue lorsque des réparations sont nécessaires.

«La technique des galeries multi-réseaux comporte de nombreux avantages, dont une meilleure organisation de l'espace souterrain, une réduction des excavations dans les infrastructures de voirie, l'accessibilité complète aux réseaux et une flexibilité dans le déploiement des réseaux», affirme Sylvain Ouellet, responsable de l'eau et des infrastructures de l'eau, des infrastructures, et de la Commission des services électriques.

La galerie multi-réseaux aurait une durée de vie de 100 ans, selon la Ville.