NOUVELLES
15/11/2018 17:45 EST | Actualisé 15/11/2018 17:45 EST

STM: l’heure de pointe du matin potentiellement perturbée par une grève illégale

Les employés d’entretien ont quitté leurs postes pendant deux heures, ce qui veut dire que certains véhicules pourraient rester au garage.

THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes

La direction de la STM ne fait aucune promesse quant à la livraison du service d'autobus et de métro vendredi matin, alors que la première chute de neige de l'hiver s'abattra sur Montréal. Une grève illégale aurait affecté l'entretien des véhicules.

Les employés d'entretien de la Société de transport de Montréal (STM) ont quitté leurs postes jeudi, à midi. La grève, déclenchée illégalement, s'est étendue sur l'ensemble des garages et ateliers de la STM.

Selon le directeur général de l'organisme, Luc Tremblay, la grève a pris fin au changement de quart de travail, vers 14h30.

«Nous avons pris les mesures nécessaires pour livrer le service normal pendant l'heure de pointe de cet après-midi. Mais avec la météo annoncée cette nuit et demain, nous demandons à notre clientèle d'être à l'affût de perturbations possibles dues à des facteurs qui sont hors de notre contrôle», dit-il.

Questionné à ce sujet, M. Tremblay n'était pas en mesure d'indiquer combien de véhicules ne quitteraient pas les garages demain en raison de cette pause de deux heures dans l'entretien des véhicules.

Environ 10 à 15 cm de neige sont prévus à Montréal au cours des prochaines heures.

Le transporteur est présentement en négociations avec le syndicat du personnel d'entretien pour le renouvellement de leur convention collective. M. Tremblay affirme avoir notifié le médiateur de cet incident.

Les deux parties se trouveront dès ce soir devant le Tribunal administratif du travail (TAT). La STM demande une ordonnance pour empêcher le syndicat de déclencher d'autres grèves illégales.

Par ailleurs, M. Tremblay s'est expliqué au sujet d'une altercation survenue jeudi entre un syndiqué et son supérieur. Selon la version patronale, le syndiqué aurait joué de la flûte dans les oreilles du supérieur. Celui-ci aurait blessé l'employé en tentant de tasser l'instrument.

Vers 17h, le syndicat n'avait pas encore réagi.

La STM est sous les projecteurs depuis quelques jours, notamment en raison d'une série d'articles du Montreal Gazette montrant que la flotte du transporteur est moins bien entretenue que dans d'autres sociétés de transport. Les bris seraient aussi plus fréquents.