DIVERTISSEMENT
15/11/2018 21:10 EST | Actualisé 15/11/2018 21:19 EST

«Chu rendue là» de Lise Dion: plus ça change...

L'humoriste propose un nouveau spectacle efficace, mais très prévisible...

Gilbert Fortier

Lise Dion présentait pour la première fois au public montréalais, ce mercredi 14 novembre, son nouveau one-woman-show justement intitulé Chu rendue là.

Avec cette nouvelle proposition, l'humoriste cherche avant tout à reconnecter avec son public de la première heure - elle dont le spectacle précédent remonte à il y a sept ans déjà -, et surtout lui faire plaisir.

La principale intéressée nous ramène ainsi continuellement en terrains connus, explorant les mêmes thèmes qui lui collent à la peau depuis le début de sa carrière.

«Ça fait longtemps qu'on ne s'était pas vu!»

Le concept autour duquel s'articule Chu rendue là est bien résumé dès les premiers instants, lorsque Lise Dion s'assoit au bout de la scène pour prendre des nouvelles des spectateurs. L'humoriste questionne alors ceux-ci à savoir comment va la santé, l'humeur, tout en les complimentant sur leur apparence. Bref, la base.

Nous avons alors l'impression de nous retrouver dans la cuisine de l'humoriste, en train de boire un bon café, tandis que deux vieux amis prennent des nouvelles l'un de l'autre.

Et comme dans la réalité, ce type de conversation finit inévitablement par tourner autour des mêmes sujets que la fois d'avant. Dans le cas de Lise Dion, ce sont les difficultés liées au vieillissement, le célibat, son impatience, sa silhouette et les frasques de ce bon vieux Marcel.

Et comme dans toutes bonnes conversations entre deux vieilles connaissances qui s'étaient un peu perdues de vue, l'humoriste saute du coq à l'âne. Elle se permet de tourner en dérision certaines choses sans toutefois chercher à approfondir la question ou, inversement, de raconter une anecdote en prenant bien le temps d'en souligner chaque détail.

À cet égard, Lise Dion demeure une raconteuse hors-pair capable de mettre le public dans sa poche en un rien de temps.

Gilbert Fortier
«Chu rendue là» de Lise Dion

Un peu trop télégraphié

L'humoriste est dans son élément sur scène et livre chacun de ses numéros avec autant de fougue que par le passé. Le spectacle de près de 100 minutes (mais qui paraît beaucoup plus court) est rythmé et parsemé de nombreux gags de haut niveau (dont un excellent numéro sur l'insomnie).

Ceci étant dit, il n'y a rien dans Chu rendue là pour nous surprendre. Tous les numéros sont attendus et certains punchs sont un peu trop prévisibles, même s'ils tombent rarement à plat.

Le rythme se révèle du coup autant une force qu'une faiblesse. Car bien que Lise Dion propose un spectacle sans temps mort, nous avons parfois l'impression que certaines des meilleures idées auraient pu recevoir un peu plus d'amour et d'attention de la part de l'humoriste et de ses collaborateurs.

C'est le cas notamment du numéro de clôture, dans lequel elle raconte son incapacité à se faire comprendre d'un designer d'intérieur anglophone, qui finit par tourner un peu trop en rond. Un curieux choix de numéro pour terminer la soirée, d'ailleurs, d'autant plus qu'il s'agit d'un des plus faibles du spectacle.

Le public avant tout

Lise Dion se permet ensuite un numéro musical en guise de rappel, par l'entremise duquel elle communique pleinement toute sa gratitude envers ses fans, qui l'ont soutenue et accompagnée durant toutes ces années.

Car comme nous le mentionnions d'entrée de jeu, c'est avant tout pour eux que fut conçu ce spectacle. Et les fans de l'humoriste n'ont jamais boudé leur plaisir durant la représentation.

Mais ce n'est pas avec cette nouvelle proposition qu'elle réussira à élargir son public, et se défaire de certaines idées préconçues qui collent depuis longtemps à son humour.

Mais Lise Dion nous avait prévenus : elle est rendue là. À 63 ans, qui l'aime la suive. Et si on se fie aux 100 000 billets déjà vendus pour cette nouvelle tournée, ils sont encore très nombreux à l'aimer.

Cliquez ici pour tous les détails sur la tournée Chu rendue là de Lise Dion.