NOUVELLES
13/11/2018 13:08 EST | Actualisé 13/11/2018 13:08 EST

Le kilogramme sera redéfini

Non, votre pèse-personne ne va pas devenir subitement plus gentil.

Avant d'être mis à jour, le mètre était défini par une barre métallique d'un mètre, comme dans cette réplique. Le mètre est maintenant défini comme la vitesse à laquelle la lumière traverse un vacuum, soit 1/299 792 458 d'une seconde. Une redéfinition du kilogramme est maintenant dans les cartons.
AP Photo/Christophe Ena
Avant d'être mis à jour, le mètre était défini par une barre métallique d'un mètre, comme dans cette réplique. Le mètre est maintenant défini comme la vitesse à laquelle la lumière traverse un vacuum, soit 1/299 792 458 d'une seconde. Une redéfinition du kilogramme est maintenant dans les cartons.

Le kilogramme est mis à jour.

Non, votre pèse-personne ne va pas devenir subitement plus gentil et un kilo de fruits pèsera tout de même un kilo. Mais la façon dont les scientifiques définissent la masse exacte du kilogramme est sur le point de changer.

Jusqu'à présent, sa masse était définie par le grand-père de tous les kilos: un cylindre en métal de la taille d'une balle de golf enfermé dans une chambre forte en France. Pendant plus d'un siècle, c'est le seul vrai kilo sur lequel tous les autres étaient basés.

Plus maintenant.

Réunis à Versailles, à l'ouest de Paris, les gouvernements devraient approuver vendredi le projet d'utiliser à la place une formulation scientifique pour définir la masse exacte d'un kilo. Le changement devrait avoir des applications pratiques dans les industries et les sciences qui nécessitent des mesures de masse ultra précises.

Et cela signifiera la redondance pour le soi-disant «Grand K», le kilo le plus important de tous depuis 1889.

Constitué d'un alliage résistant à la corrosion de 90 pour cent de platine et de 10 pour cent d'iridium, le prototype international du kilo n'a que rarement vu le jour. Pourtant, son rôle a été crucial en tant que fondement du système mondialement accepté de mesure de la masse dont dépend le commerce international, par exemple.

Trois clés différentes, conservées dans des emplacements distincts, sont nécessaires pour déverrouiller le coffre-fort où le Grand K et six copies officielles, connus collectivement sous le nom de «l'héritier et les pièces de rechange», sont protégés ensemble sous des cloches de verre au Bureau international des poids et mesures, à Sèvres, dans la banlieue ouest de Paris.

Fondé par 17 nations en 1875 et connu par ses initiales françaises, le BIPM est le gardien des sept principales unités utilisées par l'humanité pour mesurer son monde: le mètre pour la longueur, le kilogramme pour la masse, la seconde pour le temps, l'ampère pour le courant électrique, le kelvin pour la température, la mole pour la quantité d'une substance et la candéla pour l'intensité lumineuse.

Le dernier à reposer sur un objet physique

Des sept, le kilo est le dernier qui repose encore sur un artefact physique, le Grand K. Le mètre, par exemple, était auparavant une barre de métal d'un mètre de long, mais est maintenant défini comme la distance parcourue par la lumière dans le vide en 1 / 299 792 458 de seconde.

«Ceci, si vous voulez, est un moment joyeux, car c'est comme la dernière norme de 1875 qui sera finalement remplacée par une nouvelle innovation, a déclaré Martin Milton, le directeur du BIPM, dans une entrevue accordée à l'Associated Press. Tout le reste a été recyclé, remplacé et amélioré. Il s'agit de la dernière amélioration qui remonte à la conception originale de 1875. C'est donc un hommage à ce qui a été fait en 1875 et qui a duré aussi longtemps.»

Ce n'est que très rarement et avec beaucoup de prudence que les maîtres kilos du BIPM ont été sortis, de sorte que les autres kilos renvoyés à Sèvres du monde entier puissent être comparés à ceux-ci, pour être sûrs qu'ils étaient toujours correctement calibrés, plus ou moins la masse d'une particule de poussière ou deux.

Alors même que les humains discutaient, se battaient et s'entretuaient par dizaines de millions au XXe siècle, ils partageaient le kilo. Le kilo alloué à la Chine en 1983, alors que celle-ci commençait à adopter les réformes économiques qui allaient en faire un monstre économique, fut le premier fabriqué avec un usinage au diamant de très haute précision. Attribué au Japon en 1894, le K39 a ensuite été cédé à la Corée du Sud en 1958.

Le kilo est «un hommage à la capacité de l'homme à collaborer, a dit M. Milton. Cela a été qualifié de grande oeuvre de paix, en fait, parce que c'est l'un des domaines où tous les pays du monde se rencontrent avec le même objectif.»

Le kilo de métal est en voie d'être remplacé par une définition basée sur la constante de Planck, qui fait partie de l'une des équations les plus célèbres de la physique, mais qui est diablement difficile à expliquer. Qu'ils suffise de dire que la mise à jour devrait, à terme, éviter aux pays de renvoyer occasionnellement leurs kilos à Sevres pour qu'ils soient calibrés contre le Grand K. Les scientifiques devraient plutôt pouvoir calculer avec précision un kilo exact, sans avoir à mesurer un précieux bloc de métal contre un autre.

M. Milton affirme que le changement aura des applications dans l'informatique, la fabrication, les produits pharmaceutiques, l'étude du changement climatique et d'autres sciences pour lesquelles des mesures précises sont nécessaires.

«Le système sera intrinsèquement correct en se référant aux lois de la science, aux lois de la nature, a-t-il déclaré. Nous n'aurons pas à dépendre de supposer qu'un objet particulier ne change jamais.»