DIVERTISSEMENT
12/11/2018 00:58 EST | Actualisé 12/11/2018 00:58 EST

«Tout le monde en parle»: Mario Pelchat et Guylaine Tanguay nuancent leurs propos sur l'ADISQ, mais...

«On a fait un virage à 180 degrés, et le public ne se reconnaît plus...»

Karine Dufour via Radio-Canada

À la suite de la controverse ayant découlé des propos tenus par Mario Pelchat et Guylaine Tanguay au lendemain du plus récent Gala de l'ADISQ, il était inévitable que les deux artistes soient invités tôt ou tard à Tout le monde en parle.

De passage sur le plateau de Guy A. Lepage et Dany Turcotte ce dimanche 11 novembre, ces derniers ont nuancé certaines déclarations, tout en conservant leurs positions. Le tout dans une atmosphère étonnamment décontractée, où Mario Pelchat s'est montré tout à fait à l'aise avec les nombreuses blagues de ses hôtes sur cette affaire qui aura fait couler énormément d'encre.

Populaires vs. marginaux

Guy A. Lepage a d'abord questionné son invité à savoir s'il croyait réellement que l'académie était snob, après que ce dernier eut déclaré que l'ADISQ favorisait les artistes inconnus, marginaux et excentriques au détriment des artistes populaires.

«Je trouve que, pour avoir voulu favoriser les artistes marginaux, on a fait un virage à 180 degrés. Et aujourd'hui, on a le sentiment que le public ne se reconnaît plus, a déclaré Mario Pelchat. J'ai toujours dit qu'il y avait de la place pour tout le monde. J'aime les artistes quels qu'ils soient.»

«Il faudrait juste un peu d'équité. Il faudrait cesser de dire que, parce qu'on fait de la musique populaire, on fait de la soupe.»

Karine Dufour via Radio-Canada
Mario Pelchat et Guylaine Tanguay à «Tout le monde en parle» le 11 novembre 2018.

Klô Pelgag

Mario Pelchat a ensuite eu l'opportunité de clarifier ses déclarations sur la victoire de Klô Pelgag dans la catégorie Interprète féminine de l'année. Le chanteur et producteur a continué d'émettre des doutes en ce qui a trait à une division équitable entre le vote du public et celui de l'Académie.

«J'ai parlé, cette année, comme un producteur. Mais ces règlements-là, qu'on nous dit justes, les comptages, les voit-on vraiment? [...] Je pense qu'il devrait y avoir une catégorie pour le public et une catégorie pour l'académie.»

Pour sa part, Guylaine Tanguay a qualifié la réaction de Klô Pelgag suite à la controverse entourant le prix de l'Interprète féminine de l'année de «très intelligente et très posée».

«Je pense que tout le monde aurait mérité de gagner. Déjà, si tu t'inscris dans ça, il y a quand même une certaine compétition. On se recense, ce n'est pas un hasard si on se retrouve là. Ce que j'ai à dire là-dessus, c'est que je pense qu'on aurait toutes voulu repartir avec ce trophée-là, c'est normal.»

«Si je n'ai pas eu ce prix-là, c'est que quelqu'un dautre le méritait, et c'est comme ça. Je l'accepte très bien.»

Guylaine Tanguay a néanmoins persisté en soulignant que l'ADISQ devrait, selon elle, accorder davantage de place à la musique country durant son gala annuel.

Hubert Lenoir

Guy A. Lepage est ensuite revenu sur les propos tenus par ses invités au sujet d'Hubert Lenoir et du geste que ce dernier a posé à l'endroit d'un de ses trophées. Geste que Pelchat et Tanguay ont visiblement «avalé de travers», n'a pu s'empêcher l'animateur.

«En tout cas, il t'a battu», a déclaré Mario Pelchat, faisant référence au scandale du trophée lancé par Guy A. Lepage alors qu'il animait le Gala de l'ADISQ en 2004.

«Pour moi, c'est tout simple, c'est une question de valeur, a expliqué Guylaine Tanguay. Ce jeune homme-là a le droit de faire ce qu'il veut, de s'habiller comme il veut [...] Moi, ce geste-là, dans ma tête à moi, la statuette, c'est un monsieur très important dans le monde de la musique au Québec.

Je trouve qu'on n'a pas à se mettre ça dans la bouche, surtout quand c'est un prix [...] Tout ça, pour moi, c'est une forme de manque de respect. Et ça, c'est moi, c'est mon opinion à moi.»

«J'ai renchéri et j'ai dit la même chose, a poursuivi Mario Pelchat. Je n'ai rien dit de mal de son talent. J'aime l'artiste [...] Et si c'était les artistes plus à gauche qui étaient un peu laissés pour compte, je me battrais bec et ongles en leur faveur [...] Il [Hubert Lenoir] a sa place dans l'univers du show business québécois.»

Dany Turcotte s'est permis une ultime pointe d'humour dans sa traditionnelle carte. «On a désormais deux traditions annuelles : la marmotte qui sort de son trou au printemps, et Mario Pelchat qui fait sa crise le lendemain de l'ADISQ», a lu le principal intéressé, visiblement amusé.

«L'année prochaine, le lendemain de l'ADISQ, je m'en vais dans mon camp dans le bois, pas de cellulaire», a ensuite déclaré Mario Pelchat.

«Tu vas trouver une façon pareil», a aussitôt blagué Guy A. Lepage.

Les albums Que les fêtes commencent de Guylaine Tanguay et Quand les hommes vivront d'amour des Prêtres (produit par Mario Pelchat) sont présentement disponibles chez tous les bons disquaires.

À voir également :