BIEN-ÊTRE
10/11/2018 15:24 EST | Actualisé 10/11/2018 15:24 EST

Les taux de fécondité sont en baisse autour du monde, est-ce une mauvaise nouvelle?

Les chercheurs soulignent qu'une population vieillissante avec moins d'enfants pourrait avoir des impacts sociaux et économiques.

Likica83 via Getty Images

De nouvelles données suggèrent que le nombre d'enfants mis au monde par les femmes à travers le monde a tellement diminué que certains pays sont confrontés à une baisse de la natalité, ce qui signifie que le nombre d'enfants nés pour maintenir la taille de la population du pays est insuffisant.

Nous connaissons tous l'expression «baby-boomers», la génération née après la Seconde Guerre mondiale lorsque le taux de natalité a augmenté.

Selon une étude publiée dans The Lancet, les femmes donnaient naissance en moyenne à 4,7 enfants dans le monde en 1950. En 2017, le taux de fécondité était presque la moitié de ce chiffre, à 2,4 enfants par femme et dans certains pays, le nombre moyen par femme ne représente plus qu'un enfant.

Un accès amélioré à la contraception, davantage d'opportunités de travail et une plus grande reconnaissance des choix des femmes sont à l'origine de cette baisse, mais une société où il y a «plus de grands-parents que de petits-enfants» pourrait être problématique.

Les chercheurs soulignent qu'une population vieillissante avec moins d'enfants pourrait avoir des impacts sociaux et économiques. Après tout, il est nécessaire que les enfants puissent prendre soin des générations plus âgées, directement ou indirectement, par le biais de taxes.

Le taux de fécondité total, une mesure représentant le nombre moyen d'enfants qu'une femme a eu au cours de sa vie, a diminué depuis 1950, selon l'étude.

En 2017, le taux de fécondité total le plus bas se situait à Chypre, où une femme donnerait naissance à un enfant tout au long de sa vie, alors que le plus élevé était au Niger, où une femme donnerait naissance à sept enfants.

Pour maintenir leur population, les pays nécessitent un taux de fécondité moyen de 2,1, comme certains enfants ne se rendront pas à l'âge adulte.

«Les faibles taux de fécondité des femmes reflètent non seulement l'accès et la disponibilité des services de santé, mais également le nombre de femmes qui choisissent d'interrompre une grossesse», explique le Dr Christopher Murray, directeur de l'Institute for Health Metrics and Evaluation de l'Université de Washington.

«Bien que les taux de fécondité totaux soient en baisse, la population mondiale continue de croître parallèlement au déclin des taux de mortalité des décennies précédentes.»

Le Dr George Leeson, directeur de l'Oxford Institute of Population Aging, ajoute que la baisse mondiale des taux de fécondité n'est pas nécessairement une mauvaise chose, à condition que nous apportions des ajustements sociaux importants, comme le changement de l'âge de la retraite.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Royaume-Uni a été traduit de l'anglais.