NOUVELLES
09/11/2018 14:19 EST | Actualisé 09/11/2018 14:19 EST

TransCanada est toujours engagé envers Keystone XL malgré le jugement au Montana

Un porte-parole de TransCanada a déclaré que la société avait reçu la décision du juge et qu'elle l'examinait.

THE CANADIAN PRESS/AP, Nati Harnik

Le promoteur canadien de l'oléoduc Keystone XL, d'une valeur de 10 milliards $, a indiqué vendredi qu'il restait attaché au projet, malgré la décision d'un juge du Montana de lui imposer un nouvel examen environnemental.

Un porte-parole de TransCanada, Terry Cunha, a déclaré que la société avait reçu la décision du juge et qu'elle l'examinait.

Le juge de district américain Brian Morris a mis le projet en suspens, estimant que son impact potentiel n'avait pas été pris en compte comme l'exige la loi fédérale. Les écologistes et les groupes amérindiens ont intenté un procès contre le projet, invoquant des droits de propriété et de potentiels déversements de pétrole.

L'ordonnance de la Cour fédérale bloque un permis de l'administration Trump pour la construction du pipeline. Le juge Morris a été nommé par le président Barack Obama.

Les actions de TransCanada à la Bourse de Toronto perdaient vendredi environ 1,9 pour cent à la Bourse de Toronto, en début d'après-midi.

Une pénurie de capacité du réseau de pipelines pour exporter la production pétrolière croissante en Alberta est à l'origine des fortes réductions de prix imposées au brut lourd canadien, par rapport au cours de référence négocié à New York.

Keystone XL, un oléoduc de 1897 kilomètres, transporterait jusqu'à 830 000 barils de pétrole brut par jour entre Hardisty, en Alberta, et Steel City, dans le Nebraska, puis dans une demi-dizaine d'États jusqu'aux raffineries situées sur la côte du golfe du Mexique.