POLITIQUE
07/11/2018 17:07 EST | Actualisé 07/11/2018 17:08 EST

11 millions $ pour l'immigration francophone à l'extérieur du Québec

Le gouvernement fédéral s'est fixé pour objectif d'attirer 4,4 pour cent d’immigrants francophones à l’extérieur du Québec en 2023.

THE CANADIAN PRESS/Justin Tang

Les immigrants francophones auront accès à des services d'intégration en français dans les provinces canadiennes à majorité anglophone avant même d'arriver au Canada.

Le ministre fédéral de l'Immigration, Ahmed Hussen, a annoncé mercredi 11 millions $ sur cinq ans pour faire de la Cité collégiale à Ottawa le principal centre de services des nouveaux arrivants. Quatre organismes régionaux en Nouvelle-Écosse, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique pourront fournir de l'information sur leur province d'accueil.

Des employés seront embauchés dans certains pays d'origine, comme le Maroc ou la Tunisie, pour que ces immigrants puissent avoir un «contact personnel» avec quelqu'un qui peut répondre à leurs questions, a expliqué le ministre Hussen.

Il a donné l'exemple d'un ingénieur marocain sélectionné par le ministère de l'Immigration. Celui-ci aurait d'abord un premier contact avec la Cité collégiale, qui ensuite le référerait à l'Ordre des ingénieurs de la province où il compte s'installer. Cette personne pourrait ainsi commencer les procédures de reconnaissance de diplôme avant son arrivée en sol canadien.

M. Hussen a également annoncé que les tests de français requis pour vérifier les compétences linguistiques des immigrants seront moins chers et plus accessibles. Ils pouvaient coûter quelques centaines de dollars de plus que les tests en anglais, un fait qui avait été dénoncé par l'ex-commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, en 2016. Le ministre Hussen a promis que le prix des tests en français sera «comparable» aux tests en anglais. Dès le 1er décembre, ils seront offerts dans un plus grand nombre de villes.

Le gouvernement fédéral s'est fixé pour objectif d'attirer 4,4 pour cent d'immigrants francophones à l'extérieur du Québec en 2023.