POLITIQUE
30/10/2018 15:11 EDT | Actualisé 30/10/2018 15:43 EDT

Le gouvernement Legault aurait mis fin au projet Apuiat

Hydro-Québec a toutefois mentionné qu'il était trop tôt pour annoncer la mort du projet éolien.

Guy Banville via Getty Images

Le gouvernement Legault enterre le projet éolien controversé Apuiat, mais Hydro-Québec laisse entendre qu'il est encore en ballottage.

Bien avant d'être portée au pouvoir, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait dénoncé sur toutes les tribunes ce projet de contrat d'approvisionnement en électricité qu'elle trouvait trop onéreux. Des articles avaient aussi rapporté les réticences du grand patron d'Hydro, Éric Martel, ainsi que les coûts élevés du contrat à long terme, entre 1,5 et 2 milliards $.

De son côté, Hydro-Québec a estimé, mardi, qu'il était prématuré d'annoncer la mort du projet, comme le faisait une manchette d'un grand média montréalais en matinée.

"La décision n'a pas été prise", a-t-on indiqué de source sûre au cabinet du premier ministre François Legault, sans toutefois démentir les informations diffusées à propos de la fin du projet.

Un porte-parole du gouvernement, Ewan Sauves, a toutefois ajouté que la position du parti n'a pas changé sur ce projet, considéré comme "pas rentable" dans le contexte actuel.

EN VIDÉO: Legault dévoile ce qu'il veut accomplir dans les 100 premiers jours de son mandat

Hydro-Québec a également souligné que l'entente proposée n'était pas "compétitive", d'autant plus que la société d'État est déjà en surplus d'électricité.

"De là à dire que le projet est fini, c'est aller un peu trop vite, a affirmé le relationniste d'Hydro-Québec, Serge Aberdel, en entrevue téléphonique. C'est certain qu'on regarde d'autres options qui pourraient apporter des retombées positives pour la région."

Rappelons qu'Apuiat est un projet éolien de 200 mégawatts mené par les Innus de la Côte-Nord en partenariat avec l'entreprise Boralex.

De son côté, l'Association canadienne de l'énergie éolienne (CanWEA) appelle les parties à s'entendre pour éviter l'abandon du projet.

Par voie de communiqué, l'organisme a plaidé que le projet n'aura aucun impact sur les tarifs d'électricité des consommateurs québécois.