NOUVELLES
29/10/2018 16:21 EDT | Actualisé 29/10/2018 16:22 EDT

La STM lance une consultation publique sur la refonte du réseau d'autobus

Le transporteur veut savoir quoi faire des 300 nouveaux autobus commandés à la demande de la mairesse Valérie Plante.

Olivier Robichaud
La mairesse de Montréal, Valérie Plante, lors de l'annonce de l'achat de 300 autobus supplémentaires en janvier 2018.

Voulez-vous moins marcher, moins attendre, moins changer ou moins rouler? La Société de transport de Montréal (STM) veut savoir ce que vous aimeriez faire des 300 autobus hybrides qui atterriront sur les routes de Montréal d'ici la fin de 2020. L'organisme lance une consultation publique en commençant avec un sondage web qui se concentre sur ces quatre questions.

La STM procède actuellement à la refonte complète de son réseau d'autobus afin de prendre en compte, progressivement, les nouvelles possibilités offertes par le Réseau express métropolitain (REM), le prolongement de la ligne bleue du métro et l'implantation du SRB Pie-IX. Et, grâce à la promesse électorale de la mairesse Valérie Plante, elle aura 300 véhicules hybrides supplémentaires pour répondre aux besoins.

«Il s'agit d'un jalon essentiel qui permettra aux Montréalais de se prononcer sur leurs priorités et leurs préférences. Les résultats contribueront à développer les grands principes sur lesquels la STM s'appuiera pour revoir le réseau», affirme Philippe Schnobb, président du conseil d'administration de la STM, dans un communiqué.

Le sondage lancé lundi cherche à savoir quelles améliorations seraient prioritaires pour les usagers d'une ligne donnée. Une fois que vous avez sélectionné la ligne que vous utilisez le plus fréquemment, vous êtes invités à répondre à une série de questions du type «Préférez-vous un temps de trajet plus court ou une correspondance de moins?»

Capture d'écran - STM
La STM a lancé un sondage en ligne pour alimenter la consultation publique sur la refonte du réseau d'autobus.

Les usagers peuvent y répondre jusqu'au 25 novembre.

En 2019, la STM entamera une série de séances publiques dans certains secteurs qui pourraient potentiellement profiter des nouvelles infrastructures comme le REM.

Selon François Pépin, président du conseil d'administration de Trajectoire Québec, le transporteur a déjà commencé à consulter les organismes de la société civile. Il se réjouit de la mesure.

«Ils font leurs devoirs. C'est une nouvelle approche et c'est intéressant», dit-il.

La refonte sera mise en place progressivement à partir de 2020, lorsque les nouveaux autobus seront arrivés. Elle se poursuivra jusqu'en 2026, au fur et à mesure de l'avancement des nouvelles gares et stations du REM, du métro et du SRB.

À voir également: