NOUVELLES
27/10/2018 17:32 EDT | Actualisé 28/10/2018 15:35 EDT

Fusillade à Pittsburgh: le tireur sera poursuivi pour crime antisémite

Il risque la peine de mort.

AP Photo/Matt Rourke

Le suspect du massacre perpétré dans une synagogue de Pittsburgh, samedi matin, pourrait encourir la peine de mort.

Robert Gregory Bowers, âgé de 46 ans, fait face à 29 chefs d'accusation fédéraux liés à des crimes haineux et à l'utilisation d'une arme à feu pour commettre un meurtre.

Le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a indiqué que le suspect pourrait être passible de la peine capitale.

Il est aussi accusé de 11 chefs d'homicide, six chefs de voies de fait graves et 13 chefs d'intimidation ethnique au niveau de l'État de Pennsylvanie.

Le suspect de la fusillade aurait déclaré aux policiers que les Juifs étaient en train de commettre un génocide et qu'il souhaitait leur mort, selon un affidavit déposé en cour par la police et rendu public.

Galerie photo Fusillade dans une synagogue de Pittsburgh Voyez les images

"Je veux juste tuer des Juifs", aurait avoué Bowers à un policier, selon un document déposé en cour.

Le suspect détenait un permis de port d'arme et possédait légalement ses armes, selon un membre des forces de l'ordre qui n'était pas autorisé à discuter de l'enquête en cours.

Bowers, qui a subi une intervention chirurgicale et est demeuré hospitalisé, doit comparaître lundi devant le tribunal. Il n'était pas clair s'il était représenté par un avocat autorisé à parler en son nom.

Son voisin, Chris Hall, a confié n'avoir jamais entendu ni vu quoi que ce soit qui indiquerait que M. Bowers entretenait des opinions antisémites ou constituait une menace. Il a dit que M. Bowers était plutôt renfermé.

"La chose la plus terrifiante, c'est à quel point il semblait normal", a mentionné Chris Hall. "J'aurais aimé savoir ce qui se passait dans sa tête. Peut-être que quelque chose aurait pu être fait. Je ne sais pas."

Lors d'une conférence de presse dimanche matin, les autorités ont dévoilé les noms des 11 victimes. Il s'agit d'adultes d'âge moyen et d'aînés. Deux frères et un couple marié se trouvent parmi les victimes, dont la plus âgée avait 97 ans.

En vidéo, les messages de soutien pleuvent pour soutenir les proches des victimes:

Parmi les victimes figure Melvin Wax, un octogénaire et comptable à la retraite, qui était toujours l'un des premiers à arriver à la synagogue et l'un des derniers à partir.

"À la fin du service, lui et moi nous racontions toujours une blague ou deux", s'est rappelé Myron Snider, un membre de la congrégation New Light, qui louait un espace au sous-sol de la synagogue.

Le bilan des victimes compte également des professeurs, des dentistes et des médecins.

Le centre médical de l'Université de Pittsburgh a déploré le décès du Dr Jerry Rabinowitz, 66 ans, "l'un des médecins et des êtres humains les plus gentils de notre communauté".

Deux autres victimes, Cecil et David Rosenthal, âgés de 59 et 54 ans, vivaient avec une déficience intellectuelle et habitaient ensemble dans le quartier Squirrel Hill.

"Le rire de Cecil était contagieux. David était si gentil et avait un esprit si doux. Ensemble, ils prenaient soin l'un de l'autre", a témoigné Chris Schopf, vice-président des soutiens résidentiels chez ACHIEVA, qui aidait les deux frères à vivre de manière indépendante. "Surtout, ils étaient gentils, de bonnes personnes, avec une foi forte et du respect pour tout le monde autour d'eux."

Le maire Bill Peduto a qualifié le drame de "jour le plus sombre de l'histoire de Pittsburgh".

Le tireur a tué huit hommes et trois femmes dans la synagogue Tree of Life, lors d'une cérémonie de culte avant qu'une équipe d'intervention tactique de la police ne le retrouve et le blesse dans un échange de tirs, apprend-on dans le document officiel qui contient des détails encore inconnus sur le fil des événements.

Des appels au 911 ont été faits à partir de la synagogue, tout juste avant 10 heures samedi matin. Les auteurs des appels d'urgence rapportent qu'ils "sont attaqués", selon le récit décrit par les policiers. M. Bowers aurait blessé à la main, par balle, l'un des deux premiers policiers arrivés sur les lieux. L'autre a été blessé par "des éclats de balles et du verre brisé".

L'équipe d'intervention tactique a retrouvé M. Bowers au troisième étage de l'immeuble. Le suspect a fait feu à plusieurs reprises en direction de deux agents, révèle l'affidavit. L'un des policiers aurait été grièvement blessé.

L'arsenal du tireur comprenait un fusil d'assaut AR-15 et trois armes de poing.

Deux autres personnes présentes dans la synagogue, un homme de 70 ans et une femme de 61 ans, ont été blessées. L'homme se trouverait dans un état critique.

Pendant qu'il était traité pour ses blessures, Robert Gregory Bowers aurait déclaré à un policier "qu'il souhaitait la mort de tous les Juifs et qu'ils (les Juifs) étaient en train de commettre un génocide contre son peuple", indique l'affidavit.

On sait encore très peu de choses au sujet de Robert Gregory Bowers, qui n'avait apparemment aucun casier judiciaire et qui aurait agi seul. Il avait cependant répandu son fiel antisémite sur les réseaux sociaux. Son attaque est une des plus meurtrières visant des juifs aux États-Unis.

Le président Donald Trump a ordonné que les drapeaux de tous les immeubles fédéraux soient mis en berne.

Cette tuerie a rallumé l'interminable débat entourant la possession d'armes à feu aux États-Unis. Le président Donald Trump s'est empressé d'affirmer que le bilan aurait été différent si des gardes armés avaient protégé la synagogue tandis que le gouverneur de l'État de Pennsylvanie, Tom Wolf, un démocrate, a fait observer que "des armes avaient encore une fois mis en danger la vie des concitoyens."

Le pape François, la chancelière allemande Angela Merkel, le président allemand Frank-Walter Steinmeier font partie des chefs religieux et chefs d'État qui ont fait part de leurs condoléances aux Américains.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!