POLITIQUE
26/10/2018 13:35 EDT | Actualisé 26/10/2018 16:36 EDT

François Legault et Valérie Plante veulent développer l’Est

Si les discussions achoppent sur la ligne rose, le premier ministre et la mairesse souhaitent tous deux redévelopper les zones industrielles.

Olivier Robichaud
Premier tête à tête entre François Legault et Valérie Plante à l'hôtel de Ville de Montréal.

Le nouveau premier ministre François Legault était de passage à Montréal vendredi pour une première rencontre officielle avec la mairesse Valérie Plante. Ils ont annoncé la création future d'un plan conjoint pour développer l'Est de Montréal... mais la ligne rose n'est pas pour tout de suite.

M. Legault et Mme Plante ont annoncé vendredi la création d'un comité conjoint qui produira un «plan global» pour le développement de l'Est. Il comprendra notamment la décontamination des terres, la revitalisation de la rue Notre-Dame et l'implantation d'un tramway reliant Pointe-aux-Trembles aux trois lignes de métro.

«Le développement de l'Est a besoin d'une attention particulière. C'est pour ça qu'on va mettre sur pied un comité de travail conjoint pour en arriver à un plan global pour l'Est», a dit la mairesse.

«Je pense que c'est une opportunité extraordinaire, a ajouté M. Legault. Ça me motive beaucoup de penser qu'on va pouvoir développer, entre autres, les terrains contaminés dans l'Est de Montréal. Un vrai développement économique intégré.»

Mme Plante a manifesté un intérêt particulier pour la revitalisation de la rue Notre-Dame.

«Quand on parle de l'Est, on parle beaucoup de la rue Notre-Dame. C'est majeur. [...] On va travailler ensemble pour faire un développement qui se tient, qui encourage les familles, l'habitation, les familles. Pour moi, c'est de la musique à mes oreilles», a-t-elle dit.

L'Est sera donc le lien unissant le gouvernement à la métropole, alors que la mairesse a des positions opposées à celles de M. Legault sur plusieurs autres dossiers, notamment l'environnement, les signes religieux, le transport et le cannabis.

Non à la ligne rose...

Le plan de développement de l'Est ne comprendra toutefois pas un volet sur la ligne rose, même si le terminus prévu serait à la limite entre Montréal-Nord et Rivière-des-Prairies. M. Legault préfère attendre les résultats des études confiées à l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

«Pour l'instant, ce n'est pas prévu dans notre plan d'infrastructures. Il y a des études qui seront faites, différentes technologies qui seront étudiées. On va attendre les résultats pour savoir comment on va l'intégrer dans notre plan de transport», a-t-il dit.

Mme Plante a réitéré à plusieurs reprises, au cours des derniers jours, son attachement à son projet phare. Le nouveau ministre des Transports, François Bonnardel, a toutefois affirmé que ce n'était pas dans les plans de la Coalition avenir Québec dans le court, moyen ou long terme.

Tant M. Legault que Mme Rouleau, devenue ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole, ont répété vendredi qu'un métro serait trop onéreux. Ils regarderont toutefois les options en surface.

... Mais oui au tramway

M. Legault a une attitude tout autre concernant le tramway de l'Est, disant que ce projet pourrait avancer «très rapidement».

«La décontamination des terrains, le tramway de l'Est, la rue Notre-Dame, ça va se faire très rapidement. On est tous les deux d'accord que la bureaucratie est trop imposante, que les délais sont trop longs. Soyons plus agiles et essayons de faire avancer ces projets le plus rapidement possible», a-t-il dit.

Pourtant, le tramway devrait aussi faire l'objet d'études de la part de l'ARTM, seule autorité responsable de planifier le développement du transport dans le Grand Montréal.

Par le passé, M. Legault a manifesté une intention de passer outre l'ARTM pour faire avancer ses projets dans le Grand Montréal.