DIVERTISSEMENT
25/10/2018 20:12 EDT | Actualisé 25/10/2018 20:12 EDT

Alexandra Diaz revient sur sa rupture professionnelle avec Geneviève O'Gleman

«Il n'y a pas de honte à dire qu'on est triste d'une séparation. Le contraire serait peut-être inquiétant...»

Maude Chauvin Photographe via Facebook/Alexandra Diaz

De passage au MIPCOM, à Cannes, Alexandra Diaz est revenue sur sa «rupture» avec Geneviève O'Gleman, sa partenaire de Cuisine futée, parents pressés, et a évoqué ses plans d'avenir dans une entrevue avec le HuffPost Québec.

C'est un divorce qui a fait beaucoup jaser. Deux mois après avoir officialisé la fin de leur association, Alexandra Diaz s'est dite «triste» de la décision prise par sa collaboratrice, même si elle respecte le choix de cette dernière. «Le fait que mon associée décide de faire autre chose, c'est quelque chose dont je suis extrêmement solidaire, parce que moi aussi je veux être libre dans la vie. Mais oui, ça me fait de la peine, oui, je trouve ça dur parce que je suis quelqu'un qui s'attache. Il n'y a pas de honte à dire qu'on est triste d'une séparation. Le contraire serait peut-être inquiétant.»

Des nouveaux projets sur le feu

Après avoir coanimé avec Geneviève O'Gleman Cuisine futée, parents pressés durant six saisons à Télé-Québec, Alexandra Diaz va maintenant devoir tourner la page. Mais l'animatrice a confié être plus que prête à relever ce nouveau défi. «Je n'ai pas forcément senti venir l'arrêt de l'émission, mais je suis une fille de plan B, C, D, E, F... Je peux même me rendre jusqu'à Z. C'est peut-être le fait d'être maman, mais j'ai toujours un plan B. Donc quand il arrive des surprises, je suis toujours prête pour continuer d'avancer. Avant qu'on annonce qu'on n'allait pas renouveler l'émission, j'avais déjà des idées en tête pour une phase 2.»

Même s'il est encore un peu tôt pour en parler, la «maman pressée» a confié au HuffPost Québec avoir plusieurs projets dans ses manches. «On a des pilotes qui sont déjà tournés qu'on est en train de peaufiner», a-t-elle glissé. «Toutes les décisions que j'ai prises dans ma vie ou qui m'ont été imposées ont été des cadeaux. Je ne sais pas si je suis en train de faire de l'ésotérisme ou de la psychologie de bottine, mais j'ai avancé à chaque fois pour le mieux, et j'ai toujours eu l'armée rouge derrière moi pour me dire, ''Let's go girl, c'est une bonne idée!''»

Malgré l'arrêt de son émission avec la nutritionniste Geneviève O'Gleman, Alexandra Diaz compte bien continuer à développer, seule, la marque Cuisine futée. «Depuis le début, j'ai décidé de développer Cuisine futée, parents pressés comme une marque en faisant des livres de recettes, un magazine, ou une tournée de conférences. Ça correspond à ma façon de travailler naturellement. Le fait de continuer toute seule, ça me permet de poursuivre ce que j'avais commencé à monter. Cuisine futée, c'est une marque, il y a mille et une possibilités. Dans le fond, l'assiette est pleine, il faut juste faire les bons choix.»

Une maman pressée sur la Croisette

En attendant, l'animatrice et productrice a profité de son passage au marché international des programmes de communication (MIPCOM) pour présenter Cuisine futée, parents pressés à de potentiels acheteurs étrangers. «Je suis venue à Cannes pour tenter d'exporter l'émission», nous a indiqué Alexandra Diaz, qui a également foulé, entre deux joggings sur la Croisette, le tapis rouge de l'hôtel Carlton avec David Rocco, le célèbre chef de Toronto.

«Les diffuseurs indiens m'intéressent autant que les diffuseurs latino-américains, a-t-elle ajouté. J'ai la ferme conviction que les valeurs de l'émission sont universelles. La réception a été bonne au MIPCOM. Ça me ferait plaisir de vous annoncer que Cuisine futée, parents pressés a été vendue dans tel ou tel pays. Ce n'est pas encore le cas, mais je continue d'y croire. Geneviève sait aussi que je suis probablement la meilleure cheerleader pour défendre ce qu'on a bâti ensemble.»