DIVERTISSEMENT
23/10/2018 12:14 EDT | Actualisé 23/10/2018 12:14 EDT

«Le jeu»: les masques tombent... ou presque

Une révélation choc? Pas tout à fait...

Éric Bruneau et Laurence Leboeuf dans la série «Le jeu»
Facebook/Le jeu
Éric Bruneau et Laurence Leboeuf dans la série «Le jeu»

Le plus récent épisode de la série Le jeu, diffusé ce lundi 22 octobre sur les ondes de TVA, a enfin mis un visage sur les trois individus qui harcèlent Marianne (Laurence Leboeuf) depuis le début de la saison.

Et l'absence de tension et de drame au moment de cette révélation tant attendue fut particulièrement lourde de sens.

Facebook/Le jeu
Le jeu

ATTENTION SPOILERS

Nous savions déjà que Cédric (Mathieu Handfield), l'un des nouveaux employés d'Arcade Games, était mêlé à toute cette histoire, mais nous ne possédions aucune information pertinente sur ses deux complices.

La série a finalement révélé l'apparence de ces derniers, dont celle du très déterminé Frank. Mais nous n'avons rien appris de plus quant à leur passé et à leurs motivations. Malgré tout, le travail des auteurs Martin Girard et Mylène Chollet mérite ici d'être souligné.

Depuis quelques épisodes, le duo nous a fait entrer progressivement dans les repères respectifs de ces trois hommes, ne montrant ici et là qu'un gros plan d'un visage, d'un coin de bureau ou d'une main tapant sur un clavier d'ordinateur.

Un traitement qui sous-entendait que la révélation de leur identité serait un moment choc pour le spectateur, devant l'amener à vouloir connaître absolument la suite de l'intrigue ainsi que l'évolution de la dynamique entre certains personnages.

Or, il n'en fut rien.

HuffPost Québec
Laurence Leboeuf dans la série «Le jeu»

Les auteurs ont justement compris que c'est cette absence de lien apparent entre la victime et deux de ses harceleurs qui placent autant Marianne que le spectateur dans une situation d'impuissance totale. Car la menace est justement inconnue, anonyme et (jusqu'à maintenant, du moins) extérieure à la bulle du personnage principal. Bref, le reflet de la vie et des interactions sur les réseaux sociaux.

Mais il y a aussi Cédric qui, pour sa part, nous rappelle que nous ne connaissons finalement que très peu de choses de la vie privée des gens que nous côtoyons sur une base quotidienne.

Il y a également eu cette scène dans laquelle une collègue de Cédric lui racontait d'une manière tout sauf empathique les tourments de Marianne par rapport à son traumatisme. Comme s'il s'agissait d'un vulgaire commérage de bureau. Car nous vivons dans un monde où un tel drame peut désormais être tourné en dérision pour ridiculiser la personne qui en est affectée.

Il est possible que les deux auteurs nous réservent une révélation choc qui liera davantage Marianne à ses agresseurs d'ici la fin de la saison. Surtout qu'au-delà de la misogynie, Frank continue de parler de «traîtres» pour justifier sa vendetta contre la conceptrice de jeux vidéo et ses proches.

Mais un tel revirement serait contreproductif si nous tenons compte du discours tenu par Girard et Chollet. Malgré un ton parfois trop insistant, ces derniers ont su jusqu'à présent déjouer habilement certaines attentes - ou nous confronter de plein fouet au drame des moments les plus prévisibles - pour dénoncer les comportements toxiques, voire dangereux, de ces individus ne voyant pas plus loin que les pixels de leur(s) écran(s).

Le jeu est diffusée les lundis à 21h, sur les ondes de TVA.

À voir également :

Galerie photoLes nouveautés de la semaine sur Netflix Canada Voyez les images