NOUVELLES
20/10/2018 09:55 EDT | Actualisé 21/10/2018 08:08 EDT

Lise Payette reçoit un hommage national

Le premier ministre François Legault y a assisté.

Lise Payette.
PC/Mario Beauregard
Lise Payette.

"À l'annonce de son décès, j'ai compris que moi, j'avais perdu ma mamie, mais que vous, vous aviez tous perdu votre Lise." La petite-fille de Lise Payette, Flavie Payette-Renouf, a fait ses adieux à sa grand-mère devant des dignitaires et une centaine de membres du public qui s'étaient déplacés pour l'hommage national organisé pour cette ex-ministre et animatrice qui a marqué bien des gens pendant sa longue carrière.

Animée notamment par la journaliste Françoise Guénette, la cérémonie sans connotation religieuse, qui a été organisée par le gouvernement du Québec et les membres de la famille de Lise Payette, a permis de rendre hommage à la politicienne et à l'animatrice, mais aussi à la mère, à la grand-mère et à l'amie.

"Vous savez, il m'a fallu plusieurs années avant de comprendre qu'au-delà de cette mamie que j'aimais tant, il y avait Lise Payette, cette femme déterminée, fonceuse, passionnée et parfois entêtée", a témoigné sa petite-fille.

"J'ai été privilégiée de l'avoir comme grand-mère."

Lise Payette est décédée le 5 septembre, à l'âge de 87 ans, après une longue carrière à la télévision, et un passage en politique qui laisse encore des traces, entre autres sur les plaques des voitures, qui portent le slogan "Je me souviens".

Galerie photoLise Payette reçoit un hommage national Voyez les images

Samedi matin, le public pouvait signer un registre de condoléances à l'hôtel de ville. Un livre d'or était mis L'ancienne première ministre Pauline Marois était très émue en rendant hommage à celle qui fut sa patronne, et qu'elle a toujours tenu à appeler "Mme Payette".

"Aujourd'hui, chère Mme Payette, au moment de vous dire au revoir, j'ai le goût pour la première fois, de vous appeler Lise et de vous dire un immense merci", a déclaré Mme Marois, la voix étreinte par l'émotion.

C'est le premier ministre François Legault qui a été le premier à prendre la parole, lui qui s'est décrit comme un "fan fini" de Lise Payette lorsqu'elle animait son émission "Appelez-moi Lise".

"Si je suis féministe, aujourd'hui, c'est beaucoup à cause de Mme Payette", a déclaré M. Legault, se disant fier d'avoir respecté la promesse qu'il lui avait faite, celle de constituer un conseil des ministres paritaire.

La journaliste Gisèle Gallichan est venue parler de celle qui est devenue une amie proche avec le temps.

Elle a raconté que la dernière fois qu'elle a vu son amie, elle était encore bien déterminée dans la cause du féminisme. "Il faut se battre encore. Je serai là, nous allons y arriver je suis certaine", lui a dit Mme Payette.

Mme Gallichan par ailleurs raconté que le chanteur Félix Leclerc avait envoyé des félicitations toutes particulières lorsqu'elle a été élue en 1976. "Bravo Mme Payette, ça prenait une dame de coeur pour battre des valets", avait-il écrit.

Quelques années plus tard, Mme Payette a écrit un téléroman intitulé... "Les Dames de coeur". L'acteur Gilbert Sicotte, l'interprète de Jean-Paul Belleau, un personnage mythique de cette série, est d'ailleurs venu saluer celle qui lui a permis de se faire connaître du grand public dans la seconde moitié des les années 1980.

"Il n'y a que vous pour me faire sortir de l'ombre", a-t-il dit d'entrée de jeu. M. Sicotte est moins présent de l'espace public depuis qu'il a perdu son poste au Conservatoire d'art dramatique du Québec, relativement à des allégations d'abus de pouvoir et de harcèlement psychologique auprès de ses élèves.

La cérémonie s'est conclue avec la voix de Ginette Reno, qui a interprété "Un peu plus haut, un peu plus loin".

Auparavant, l'assistance avait aussi pu entendre les soeurs Riverin interpréter "Le Coeur est un oiseau", une chanson de Richard Desjardins qui l'avait bouleversée, et Marc-André Fortin interpréter "Je Cherche l'Ombre", une chanson dont les paroles ont été écrites par Lise Payette pour Céline Dion. Carolyne Drolet a chanté "Lorsqu'on est heureux" de Jacqueline Dulac.

Des représentants de tous les partis politiques étaient présents sur place, samedi après-midi, en plus de nombreuses personnalités du domaine culturel.

Plus tôt dans la journée, le public était invité à signer un registre de condoléances à l'hôtel de ville. Un livre d'or était mis à la disposition des visiteurs.

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, s'est rendue en matinée pour représenter le gouvernement Legault. La mairesse Valérie Plante était également dans l'hôtel de ville.

Valérie Plante, la première mairesse de Montréal, a déclaré en mêlée de presse Mme Payette était un modèle pour elle.

"Quand j'étais petite, je suivais son parcours, surtout en politique; c'est un monde principalement masculin, de faire sa place surtout à l'époque où Mme Payette faisait de la politique, ça demandait du courage, énormément de travail aussi", a-t-elle affirmé.

Plusieurs dizaines de personnes se sont déplacées pour signer le livre et présenter leurs condoléances à la famille.

Quelques réactions :

"Elle a été très importante, j'étais une comédienne populaire, pis elle m'a donné mon sceau grade A. Elle m'a fait atteindre un public que je n'aurais pas atteint autrement (...) Ce que Lise a fait avec Les Dames de coeur, ça a été extraordinaire, parce que quand elle était ministre, elle a essayé de faire passer une loi sur la violence conjugale et ses collègues lui ont dit: "Ça n'existe pas". Elle a tenu ça en arrière de sa tête sans dire un mot, et elle est revenue avec Les Dames de coeur et le personnage d'Évelyne qui a vécu la violence conjugale."

- Andrée Boucher, comédienne

"C'est une femme exceptionnelle, d'une grande honnêteté, qui aimait beaucoup le monde, qui aimait les gens, qui était sincère, honnête (...) J'aimais beaucoup cette femme, j'avais une complicité avec elle."

- Denise Filliatrault, comédienne et metteuse en scène

"Même si je suis plus vieille qu'elle, Mme Payette a toujours été comme ma mère, c'est drôle, hein? On s'appelait, je lui demandais conseil. C'est une relation bizarre... Même si je suis plus vieille, je me sentais petite fille, moins d'expérience qu'elle (...) C'est triste, c'est un gros morceau."

- Janette Bertrand, auteure

"Mme Payette, c'est la première personne à qui j'ai promis que si j'étais premier ministre, j'aurais un conseil des ministres paritaires. Donc Mme Payette, j'ai tenu parole (...) Elle a montré à toute une génération d'hommes que les femmes étaient égales aux hommes. Je pense que c'est son plus grand legs."

- François Legault, premier ministre du Québec

"C'est rare qu'on voit quelqu'un qui a réussi dans trois domaines importants. Elle a été une extraordinaire animatrice, elle a été également une très bonne écrivaine. Et aussi comme ministre, elle a eu un impact déterminant dans la vie des Québécoises et Québécois. Dans ce sens-là, je pense que c'est vraiment une personne qui a marqué le Québec."

- Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec

"Dans l'histoire de ma formation politique, Lise Payette c'est quelqu'un d'extrêmement important, pour changer la culture politique, pour faire la place aux femmes, pour faire en sorte qu'on soit plus humaniste dans notre façon d'aborder les enjeux. C'est une contribution exceptionnelle au Québec."

"Mme Payette a quand même ouvert des portes aux femmes dans le domaine politique, c'était une batailleuse, elle a dû se tenir debout. On tenait à être là pour dire aujourd'hui que ça vaut le coup, de se tenir."

- Manon Massé, co-porte-parole de Québec solidaire

"Ce qu'elle a fait pour les femmes de ma génération, particulièrement, c'est de dire aux femmes que tout était possible. C'est cette idée qu'il n'y avait pas de barrière, qu'on pouvait tout essayer et qu'on était bienvenues partout. La façon dont elle parlait de l'avancement des femmes, c'était toujours: tout est possible, vous pouvez être partout et vous pouvez tout faire. Cette marque de confiance et cet élan qu'elle a donné aux femmes ont eu une importance."

- Julie Miville-Dechêne, sénatrice et ancienne présidente du Conseil du statut de la femme du Québec

Galerie photoIls sont décédés en 2018 Voyez les images