NOUVELLES
18/10/2018 09:52 EDT | Actualisé 18/10/2018 16:32 EDT

SQDC: plus de 42 500 commandes lors de la première journée

La Société québécoise du cannabis a accueilli beaucoup de clients lors du premier jour de la légalisation du cannabis.

Plus de 12 500 achats de cannabis en magasin et quelque 30 000 commandes passées en ligne: la Société québécoise de cannabis (SQDC) dresse ainsi le bilan de sa première journée d'activités et s'attend d'ores et déjà à des problèmes d'approvisionnement.

Le volume de ventes a dépassé ses attentes, écrit la SQDC dans son communiqué diffusé jeudi.

Mercredi, jour de la légalisation au Canada du cannabis récréatif, 12 succursales au Québec ont accueilli dès 10 h des clients qui ont parfois attendu des heures avant d'y entrer tellement les files d'attente étaient longues.

Le site web de la SQDC acceptait les commandes dès 7 h 30 mercredi. Il a su soutenir le volume de visites et de transactions, malgré un achalandage supérieur aux prévisions, soutient la SQDC.

Il faut préciser que ces 42 500 commandes représentent le nombre de clients ayant acheté. Chacun d'entre eux ayant pu s'être procuré plusieurs produits (du moment que leur total n'est pas supérieur à 30 grammes), le volume de ventes est vraisemblablement supérieur à ce chiffre.

À lire aussi sur le même sujet:


La SQDC dit ne pas savoir la somme de ses revenus découlant de cette première journée.

"Aucun incident important n'a été relevé, malgré la foule imposante créant des files d'attente allant jusqu'à quatre heures pour certaines succursales", est-il écrit dans le communiqué.

Considérant de possibles grèves tournantes chez Postes Canada et le nombre élevé de commandes en ligne, la SQDC avertit que la livraison normalement prévue en deux à cinq jours connaîtra au départ des retards pouvant aller à cinq jours et plus.

En ce qui concerne l'approvisionnement, des difficultés avaient déjà été anticipées avant l'ouverture des magasins. Seuls 110 des 180 produits prévus se trouvaient sur les tablettes. Et sur le site web, moins d'options sont offertes: plus spécifiquement, les consommateurs peuvent s'attendre à un manque de produits plus important, notamment au niveau de l'huile, des gélules, des atomiseurs et des joints pré-roulés. L'offre peut aussi varier d'un magasin à l'autre.

La SQDC rappelle qu'au niveau des approvisionnements, toutes les provinces sont dans le même bateau: le nombre de producteurs autorisés par Santé Canada est limité, la demande est forte, et il faut attendre que les plantes poussent!

Trois autres succursales devraient être ouvertes au Québec d'ici la fin du mois.