NOUVELLES
18/10/2018 19:00 EDT | Actualisé 18/10/2018 19:03 EDT

Après la légalisation du cannabis, le crime organisé se tournera-t-il vers les produits comestibles?

Les jujubes, les vaporisateurs et les crèmes ne seront pas légalisés avant 2019.

La vente de produits comestibles à base de cannabis comme les bonbons et les pâtisseries demeurent pour l'instant illégaux.
Juanmonino via Getty Images
La vente de produits comestibles à base de cannabis comme les bonbons et les pâtisseries demeurent pour l'instant illégaux.

Le marché noir du cannabis au Canada est désormais confronté à la concurrence des détaillants autorisés, mais il pourra miser sur l'intérêt du public pour des produits tels que des jujubes, des comprimés, des vaporisateurs et des crèmes au cours de la prochaine année, tant que ces produits commerciaux demeureront illégaux.

Bien que le Canada soit devenu le premier pays du G7 à légaliser, mercredi, le cannabis à des fins récréatives, il a limité l'offre légale au cannabis séché ou frais et à l'huile de cannabis, vendus par des détaillants autorisés par le gouvernement.

Les Canadiens peuvent également concocter leurs propres produits à base de cannabis, incluant les produits comestibles, à la maison.

Lire aussi
» Comment entreposer son cannabis quand on a des enfants?
» Cannabis: contestation en cour si Québec hausse l'âge légal?
» Un premier joint légal à l'ouverture de la SQDC

Les autorités surveillent de près la situation et certains services de police comme celui d'Ottawa ont indiqué que les lois concernant la vente et la distribution de produits illégaux seraient appliquées et que les agents étaient au courant des points de vente au détail qui ne sont pas légaux.

Le ministre de la Réduction du crime organisé, Bill Blair, a déclaré qu'Ottawa savait que les consommateurs voudraient peut-être acheter des produits comestibles et des produits très puissants sur le marché noir, mais qu'il était important d'adopter une réglementation prudente en raison des «complexités et des risques importants».

Le porte-parole du Nouveau Parti démocratique en matière de santé, Don Davies, a affirmé que l'exclusion de tels produits créait un «trou béant» dans le marché légal de la marijuana, soulignant que ce type de produits étaient recherchés par plusieurs consommateurs.