NOUVELLES
18/10/2018 09:33 EDT | Actualisé 18/10/2018 09:33 EDT

Québec serait la meilleure ville pour quitter son travail et fonder une entreprise en ligne

Pas seulement au Canada, mais aussi à l'international, selon une étude.

Chalffy via Getty Images

Voilà qui pourrait motiver les entrepreneurs de la vieille capitale.

Québec serait la meilleure ville pour quitter son emploi et démarrer une entreprise en ligne, selon ce que révèle une étude de Sellics, une plateforme logiciel du géant Amazon.

Le PDG de Sellics, Franz Jordan, estime qu'il n'a jamais été aussi facile de démarrer une entreprise en ligne. Cependant, les nouvelles entreprises numériques se concentrent autour des grandes villes, «alors que cette étude montre que les villes plus petites où le coût de la vie est moins cher offrent aux entrepreneurs une entrée dans la business numérique beaucoup plus abordable», souligne-t-il.

C'est ainsi que Québec arrive à se démarquer. Si on additionne les coûts en capital et le coût de la vie mensuel, on obtient à Québec des dépenses de près de 25 000 $. Toutefois, les bénéfices de l'assurance emploi sont calculés à plus de 26 000 $, ce qui fait que la capitale se démarque davantage de Montréal, où les entrepreneurs auront plutôt à dépenser plus de 28 000 $.

Si on calcule le nombre de mois à travailler pour amasser assez d'argent pour quitter l'emploi et fonder l'entreprise sans l'assurance emploi, Québec arrive encore une fois en tête, même à l'international.

Même sans les prestations d'assurance emploi, le Canada réussit à inscrire trois villes dans le top 5, soit Québec (1ère), Winnipeg (2e) et Montréal (4e), comme on le voit dans le graphique ci-dessus.

Comment Sellics procède

Pour parvenir à ces résultats, Sellics a d'abord identifié les villes dotées d'une forte présence dans le commerce en ligne, ainsi que des lieux de plus en plus prisés par les entrepreneurs en ligne.

La recherche a été divisée en deux parties. La première section porte sur l'infrastructure de capital-risque en ligne et la deuxième section sur le coût de la vie et le lancement d'une nouvelle entreprise.

La première partie attribue à chaque ville un score pour cinq facteurs commerciaux, notamment l'accès au financement et la popularité des achats en ligne, afin de déterminer le score moyen global de la «meilleure ville pour lancer une activité en ligne».

La deuxième section examine des éléments pratiques, notamment le coût de la vie, les frais d'établissement et les éventuelles indemnités de chômage. Les deux ensembles de données ont ensuite été combinés pour calculer le nombre de mois de salaire qu'un individu ayant le salaire moyen devrait épargner dans cette ville pour pouvoir lancer une activité en ligne, avec et sans demande de prestations de chômage.

La méthodologie complète de Sellics se trouve au bas de cette page.