POLITIQUE
15/10/2018 17:53 EDT | Actualisé 15/10/2018 17:54 EDT

Marwah Rizqy salue le courage des femmes qui ont dénoncé d’anciens députés libéraux

«Si on n’est pas en mesure de soutenir les victimes… qui va le faire?», demande la nouvelle élue libérale.

Marwah Rizqy a été élue dans la circonscription de Saint-Laurent lors des élections du 1er octobre 2018.
La Presse canadienne
Marwah Rizqy a été élue dans la circonscription de Saint-Laurent lors des élections du 1er octobre 2018.

QUÉBEC – La nouvelle députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, promet d'accompagner les potentielles victimes d'agression ou d'inconduite sexuelle qui viendront cogner à sa porte – même si le présumé agresseur provient de son propre caucus.

Quelques minutes après avoir été assermentées, les nouvelles élues libérales ont été questionnées sur le comportement à adopter si d'autres comportements inappropriés de nature sexuelle parvenaient à leurs oreilles.

«Évidemment, toute personne qui dénonce un acte aussi important mérite toujours notre soutien, a déclaré Mme Rizqy. Il y a aussi des tribunes pour aller dénoncer et j'espère que ces femmes qui ont dénoncé vont pouvoir poursuivre leur processus de dénonciation jusqu'à la fin.»

Le caucus libéral a été secoué d'histoires de ce genre, dans les deux dernières années, et les élus impliqués ont tous été exclus du parti, le temps que la lumière soit faite sur les accusations.

L'ancien député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos, avait été accusé d'agression sexuelle par la jeune Alice Paquet, mais le Directeur des poursuites criminelles et pénales n'avait pas porté d'accusations.

Une jeune militante libérale a ensuite dévoilé qu'elle avait eu une «relation inappropriée» avec M. Sklavounos alors qu'elle n'avait que 15 ans. Le député est resté exclu du caucus et a terminé son mandat comme indépendant.

L'ancien député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis, avait aussi été visé par des allégations d'inconduite sexuelle, puis blanchi par la suite. Il a réintégré le caucus à la fin de son mandat, puis ne s'est pas représenté aux élections.

L'ancien député d'Argenteuil, Yves St-Denis, a lui aussi été exclu du caucus après avoir envoyé une photo sexuellement explicite à une employée du parti.

Le HuffPost a par la suite appris que sa cousine et une ancienne conseillère municipale ont été victimes de tentatives de viol à leur endroit. Cette dernière a porté plainte à la police pour les faits survenus en 2017.

M. St-Denis a tenté de se présenter à nouveau comme indépendant dans sa circonscription d'Argenteuil, mais il a été battu par la candidate de la Coalition avenir Québec.

Mme Rizqy est d'avis que son parti a agi assez rapidement pour exclure M. Sklavounos du caucus. Mais elle jure qu'elle va «guider» le processus des autres potentielles victimes s'il y a d'autres cas de ce genre.

«Écoutez, à l'heure où est-ce qu'on est, si on n'est pas en mesure de soutenir les victimes... qui va le faire?»

Galerie photoLes nouveaux députés du Parti libéral du Québec Voyez les images