NOUVELLES
12/10/2018 10:26 EDT | Actualisé 12/10/2018 10:26 EDT

Steven Guilbeault quitte Équiterre et pourrait se laisser tenter par la politique

«Est-ce que je vais faire de la politique à court terme? Non. Est-ce qu'un jour je vais faire de la politique? Peut-être.»

Steven Guilbeault (2015)
Mario Beauregard/PC
Steven Guilbeault (2015)

Steven Guilbeault quitte Équiterre, l'organisme qu'il a cofondé et dont il était le directeur principal et porte-parole.

L'organisme avait été fondé il y a 25 ans par M. Guilbeault, le directeur général actuel Sidney Ribaux et quatre autres amis et militants écologistes.

Steven Guilbeault avait oeuvré au sein d'Équiterre pendant quelques années après sa fondation avant de se joindre à Greenpeace, où il a oeuvré pendant 10 ans. En 2007, il était retourné chez Équiterre pour assumer le rôle de directeur principal et de porte-parole de l'organisme.

Selon Équiterre, M. Guilbeault poursuivra son travail pour la lutte aux changements climatiques dans le secteur de l'investissement et des technologies, notamment les technologies propres et l'intelligence artificielle. Il consacrera ainsi son temps entre l'écriture d'un livre sur le rôle de l'intelligence artificielle dans la lutte aux changements climatiques, et ses activités de conseiller stratégique chez Cycle Capital Management, ainsi qu'au sein de la firme de services-conseil spécialisée dans les enjeux d'économie verte et d'économie sociale, Copticom.

Des rumeurs sur son avenir

Des rumeurs l'envoient toutefois en politique, plus précisément au Parti libéral du Canada. En conférence de presse, le principal intéressé a toutefois indiqué que le fait qu'il ait été aperçu avec des membres du parti ne signifie pas qu'il va nécessairement s'y associer, puisqu'il rencontre régulièrement des représentants de chaque parti.

Il n'a toutefois pas fermé la porte à un éventuel saut en politique.

"Est-ce que je vais faire de la politique à court terme? Non. Est-ce qu'un jour je vais faire de la politique? Peut-être", a-t-il lancé.

Il a admis avoir été approché par plusieurs partis pour l'élection partielle qui aura lieu dans Outremont, circonscription vacante depuis le départ de l'ex-chef néo-démocrate Thomas Mulcair.

"Je ne serai pas candidat", a-t-il toutefois annoncé.

Il a indiqué que se présenter à l'élection de 2019 n'était pas "dans (son) plan de match" pour le moment, mais a admis qu'il pourrait "peut-être" décider de faire le saut.

Sidney Ribaux assumera dorénavant les fonctions de principal porte-parole d'Équiterre.

"Steven est une force incroyable au sein du mouvement environnemental canadien. Ce fut un immense plaisir de travailler avec lui toutes ces années et bien sûr je serai triste de ne plus échanger nos idées aussi régulièrement. Toutefois, je me console en me disant qu'il fera encore partie de ce grand mouvement pour accélérer un virage vert et durable, qui doit inclure tous les secteurs de la société dont les citoyens, les entreprises, les municipalités, les gouvernements et les investisseurs, qui ont un grand rôle à jouer" a-t-il déclaré par communiqué.

"Depuis 25 ans, je n'ai jamais été très loin d'Équiterre et cette décision est l'une des plus difficiles que j'aie eue à prendre" a de son côté expliqué Steven Guilbeault.

M. Ribaux a indiqué qu'Équiterre "poursuivra son travail d'influence et de mobilisation auprès des différents paliers gouvernementaux" et a annoncé une réorganisation des responsabilités au sein de l'organisme. Annie Bérubé et Colleen Thorpe agiront ainsi à titre de porte-parole pour certains dossiers.