POLITIQUE
12/10/2018 06:43 EDT | Actualisé 12/10/2018 06:48 EDT

Le PLQ devrait afficher un visage beaucoup plus nationaliste, croit Alexandre Taillefer

L'homme d'affaires songe à la chefferie du PLQ

Alexandre Taillefer en juin dernier
Graham Hughes/PC
Alexandre Taillefer en juin dernier

Alexandre Taillefer est intéressé à succéder à Philippe Couillard à la tête du Parti libéral du Québec (PLQ).

En entrevue téléphonique à La Presse canadienne jeudi, l'homme d'affaires et président de la campagne électorale libérale n'a pas caché son ambition de devenir le prochain chef du PLQ.

«Ça pourrait être quelque chose que je vais envisager, définitivement», a commenté M. Taillefer.

C'est la première fois que l'homme d'affaires affiche aussi clairement ses couleurs.

Intéressé à succéder à Philippe Couillard, oui, mais pas à n'importe quel prix, s'empresse d'ajouter l'ancien Dragon, propriétaire de Téo Taxi et du magazine L'actualité, déjà prêt à énoncer ses conditions.

En résumé, il va envisager se porter candidat seulement si deux conditions sont remplies: la course au leadership ne devra pas avoir lieu avant deux ans et le parti devra avoir procédé d'ici là à une refondation majeure.

Sinon, si le parti ne partage pas sa vision des choses, il passera son tour, «c'est très clair».

En fait, M. Taillefer a déjà une idée très précise de ce à quoi devrait ressembler le PLQ et de ce qu'il faudra faire pour redonner au parti des Jean Lesage et Robert Bourassa son lustre d'antan, en vue de reconquérir le pouvoir dès 2022, «parce qu'on va être redevenus forts et parce qu'on va être redevenus inspirants».

La couenne dure

Le 1er octobre, accusant la pire défaite de son histoire, le PLQ a dû se contenter de 25 pour cent d'appui des électeurs et d'une trentaine de sièges.

Cette défaite, dure à encaisser, n'a cependant pas refroidi son attrait pour la politique. Au contraire.

Son rôle de président de campagne lui aura appris qu'il avait «la couenne suffisamment dure» pour faire de la politique. «Je suis capable de faire face à la musique», assure celui qui n'avait jamais tâté de la politique avant d'accepter de présider la campagne libérale, il y a quelques mois à peine.

Selon lui, il ne fait pas de doute que le PLQ ne pourra pas reprendre le pouvoir en 2022, sans un «travail de fond extrêmement solide et sans une adhésion militante extrêmement forte».

Pour cela, il devra se mettre sérieusement à l'écoute de sa base militante, en organisant un «grand brassage d'idées», qui prendrait la forme d'une série de forums durant lesquels les membres seraient conviés à façonner le parti dont ils rêvent.

LIRE AUSSI:
» Les libéraux commencent à penser à la course au leadership

Le parti, dit-il, doit donc absolument reconnecter avec sa base. Les membres doivent avoir le sentiment que leurs idées sont entendues en haut lieu, et il estime que ça prenait la «douche froide» du 1er octobre pour rendre cet exercice possible.

Le parti doit aussi se doter d'un programme davantage social-démocrate, mêlant habilement les mesures sociales et le développement économique, ajoute-t-il.

Car «l'économie nourrit le progrès social et le progrès social ne peut pas se nourrir sans l'économie», observe M. Taillefer.

Tout en demeurant fédéraliste, le PLQ devra également afficher un visage beaucoup plus nationaliste, se montrer québécois d'abord, dit-il. «On doit sentir cette fierté québécoise-là dans le discours du Parti libéral. Il faut que ce soit vrai, il faut que ce soit senti» pour reconnecter avec les électeurs francophones.

On doit sentir cette fierté québécoise-là dans le discours du Parti libéral. Il faut que ce soit vrai, il faut que ce soit senti.Alexandre Taillefer

Le PLQ devra aussi tenir «un discours beaucoup plus probant», sur l'écologie, sur la culture, de même que se montrer bien «plus ambitieux sur le plan économique».

Ce grand bouleversement pourrait prendre «plusieurs années», selon lui, d'où l'importance de repousser l'échéance de la course au leadership à la fin de 2020.

Surtout, le prochain chef devra être en mesure de susciter «l'enthousiasme» de la population.

Inspiré par Québec solidaire

À ce propos, il fait remarquer que Québec solidaire a été le seul parti à avoir réussi à mobiliser les électeurs, particulièrement les jeunes, à susciter de l'enthousiasme, à faire rêver «d'une société plus juste, plus équitable, plus verte».

«Il faut s'inspirer de ça», est persuadé M. Taillefer, qui dit n'avoir jamais imaginé subir une raclée d'une telle ampleur le 1er octobre.

«On s'attendait à une soirée très serrée», mais jamais à une telle vague, se rappelle-t-il.

Les raisons de la défaite

Il attribue le désaveu massif de la population, surtout francophone, envers les libéraux essentiellement à deux choses: les mesures de rigueur — ou d'austérité — budgétaire des premières années du mandat et l'image de corruption qui continue de coller au PLQ.

L'idée du «changement» nécessaire, après plus de 13 ans sur 15 de gouverne libérale, a aussi percolé dans la population et joué contre les libéraux, analyse celui qui se voit désormais comme un simple militant.

Voir aussi: