NOUVELLES
11/10/2018 06:14 EDT | Actualisé il y a 15 heures

Cannabis: dans quelles villes pourrez-vous fumer dans les lieux publics? Ça dépend...

Apportez votre GPS! 😉

Alors que Québec a décidé de bannir le cannabis partout où il est interdit de fumer la cigarette, la liste des villes qui vont avoir une réglementation encore plus restrictive — là où l'alcool est interdit, soit dans tous les lieux publics extérieurs — s'allonge.

Les citoyens devront alors bien se renseigner: quand ils se promèneront d'une municipalité à l'autre, les règles pourront être différentes. Ils pourront consommer du cannabis sur les trottoirs d'une ville, mais pas dans la voisine.

Dès la semaine prochaine, le cannabis récréatif sera légal au Canada et pourra être acheté dans une boutique près de chez vous.

En prévision de cette légalisation, le gouvernement québécois a adopté en juin la Loi encadrant le cannabis (connue auparavant comme le projet de loi 157) qui établit notamment où il sera permis de consommer du cannabis. En gros, selon cette loi, fumer de la marijuana sera interdit aux mêmes endroits que le tabac. Il sera donc permis de fumer dans la rue, mais pas dans les commerces, bars et restaurants, pas plus que sur les terrains des cégeps et des universités et sur les pistes cyclables.

Mais plusieurs municipalités ont trouvé cette législation trop permissive. Elles veulent plutôt l'interdire au même titre que l'alcool. Bon nombre d'entre elles ont consulté leur population à ce sujet.

Bref, quand la date de la légalisation arrivera, elles ne veulent pas voir de cannabis dans les lieux publics sur leur territoire, comme les parcs, les rues et trottoirs, ruelles et parcs canins. Interdit aussi d'être en état d'ébriété causé par la consommation de drogue dans un endroit public.

Parmi les municipalités de plus de 50 000 habitants qui adoptent l'approche plus dure, on retrouve:
- Québec
- Drummondville
- Sherbrooke
- Lévis
- Terrebonne
- Saguenay
- Saint-Jean-sur-Richelieu
- Saint-Jérôme,
- Repentigny
- Granby
- Blainville

Certaines ont déjà adopté leur règlement municipal en vue du 17 octobre et d'autres ont fait connaître leurs intentions en ce sens.

D'autres municipalités de cette taille préfèrent s'en remettre à la loi québécoise:
- Montréal
- Laval
- Gatineau
- Trois-Rivières

Certaines municipalités n'ont pas encore tranché: Brossard et Saint-Hyacinthe se donnent le temps d'y réfléchir.

Les municipalités peuvent-elles aller aussi loin dans leurs interdictions?

Oui, selon l'avocate spécialisée en droit municipal Isabelle Landry: les municipalités ont le pouvoir d'agir de la sorte et d'être plus sévères que le gouvernement du Québec. Pas selon de nouveaux pouvoirs accordés par la Loi encadrant le cannabis, mais en vertu de leurs pouvoirs généraux permettant d'assurer «la paix, l'ordre, le bon gouvernement et le bien-être général de la population».

Par contre, elles ne peuvent être plus permissives, ajoute l'experte qui oeuvre au sein du cabinet BCF.

Elle juge que le parallèle avec l'alcool illustre bien la situation: «L'alcool, c'est légal au Québec, mais on n'a pas le droit d'en boire dans les lieux publics ni d'être en état d'ébriété en public. C'est définitivement vers là que s'en vont plusieurs municipalités.»

LIRE AUSSI:
» Cannabis: Montréal se colle à la loi provinciale
» La Ville de Québec veut interdire de fumer du cannabis dans les endroits publics
» Cannabis: les employeurs pourraient fouiller des employés à risque

Mais des citoyens pourraient se retrouver sans aucun endroit pour consommer du cannabis quand il sera légal: pas dans la rue, pas dans les bars ni les restos, et parfois même pas à la maison, car beaucoup de propriétaires de logements l'interdisent dans leurs baux.

Mais Me Landry croit qu'il serait difficile pour eux d'alléguer que les municipalités sont excessives et de contester leurs règlements — ces restrictions sont dans les limites de la loi, juge-t-elle. Quant aux interdictions dans les logements, cela n'est pas de leur ressort.

Pour elle, le problème risque d'être ailleurs.

«Moi, ma question c'est: comment les municipalités vont faire pour diffuser ça. Les citoyens vont peut-être le voir dans le bulletin municipal, mais les visiteurs, eux, vont le savoir comment qu'ils ne peuvent fumer sur le trottoir?» demande l'experte. Va-t-il y avoir une pancarte indiquant l'interdiction à l'entrée de la ville? Y aura-t-il des pancartes à tous les 200 mètres comme pour le stationnement?

Ça risque d'être ça le problème des municipalités: comment mettre ça en oeuvre.Isabelle Landry, avocate spécialisée en droit municipal

Nul n'est censé ignorer la loi, rappelle toutefois l'avocate qui souligne que cela ne pourra être une défense à l'infraction de fumer dans des lieux où le cannabis est interdit.

Et puis, les règles seront différentes d'une municipalité à l'autre, prévient-elle.

À Montréal, cela pourrait même être différent d'un arrondissement à l'autre, alors que certains ont déjà manifesté leur désir de restreindre le cannabis dans les rues et même entrepris des démarches en ce sens.

C'est l'une des raisons pour lesquelles certaines municipalités sont encore en train de réfléchir. Saint-Hyacinthe, par exemple, va prendre position dans les prochaines semaines, car elle veut avoir un règlement en harmonie avec les autres villes de la MRC, a indiqué une porte-parole.

Mais le nouveau gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) va peut-être soulager les municipalités de cette tâche: il a déjà annoncé son intention d'interdire la consommation de cannabis dans tous les lieux publics de la province.