POLITIQUE
07/10/2018 08:34 EDT | Actualisé 07/10/2018 08:35 EDT

Réforme du mode de scrutin: la CAQ aura de la pression

Les députés Benoît Charette, Simon Jolin-Barrette et Claire Isabelle pourraient être chargés de mener à bien la réforme.

PC/Paul Chiasson

Le Mouvement Démocratie Nouvelle, qui prône un nouveau mode de scrutin au Québec, espère que «le vent de changement» proposé par la Coalition avenir Québec se traduira par une réforme du scrutin d'ici 2022.

Le chef caquiste et premier ministre désigné François Legault a assuré, après sa victoire électorale, qu'il respecterait sa promesse de légiférer en ce sens au cours de la prochaine année. La CAQ, le Parti québécois, Québec solidaire et le Parti vert ont signé un document en mai dernier dans lequel ils s'engagent à établir un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire. Seul le Parti libéral a refusé d'entériner cette initiative.

Le directeur général du Mouvement Démocratie Nouvelle, Jean-Sébastien Dufresne, revient à la charge. Il estime qu'un gouvernement caquiste majoritaire a toute la légitimité nécessaire pour aller de l'avant avec la réforme.

M. Dufresne souligne que Québec solidaire et le Parti Québécois, qui ont remporté respectivement 10 et 9 sièges aux dernières élections, ont reçu suffisamment d'appui populaire pour être reconnus comme groupes parlementaires. En fonction des proportions de votes, il souligne que ces deux formations auraient dû obtenir plus d'une vingtaine de sièges chacune.

Jean-Sébastien Dufresne croit que les députés caquistes Benoît Charette, Simon Jolin-Barrette et Claire Isabelle pourraient mener à bien cette réforme du scrutin, puisqu'ils ont collaboré étroitement avec le Mouvement Démocratie Nouvelle.

À voir aussi: