DIVERTISSEMENT
07/10/2018 10:33 EDT | Actualisé 07/10/2018 10:33 EDT

La chroniqueuse Manal Drissi se lève contre les «trolls»

«Je te bloquerai pas. Mais ça se peut que je t’expose»

Facebook/Maude Chauvin photographe

La chroniqueuse Manal Drissi a tenu à mettre en garde les «trolls» présents sur sa page Facebook, dimanche matin.

Dans une longue publication, celle qu'on peut entendre notamment à Plus on est de fous, plus on lit soutient qu'elle aime les débats que permettent les réseaux sociaux. «Je défends la beauté des réseaux sociaux et j'y crois vraiment. Je suis de celles qui ont prouvé qu'il était possible d'avoir des échanges respectueux même quand on était en désaccord. Il s'en est discuté, des affaires sur ma page, en quatre ans», rappelle-t-elle.

Mais, dans la dernière semaine, Manal Drissi confie avoir eu divers messages peu civilisés. «J'ai aussi reçu des messages et des images dégueulasses en privé, je me suis fait traiter de salope, je me suis fait harceler par des appels Messenger d'inconnus à toute heure du jour et de la nuit, je me suis fait mansplainer la culture dans laquelle j'ai grandi, on s'en est pris à mon propos en me disant de retourner dans mon pays, en me demandant « t'as quel âge, anyway », on s'en est pris à mon intelligence, j'ai été un running gag sur un site web», énumère-t-elle.

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Manal Drissi, la chroniqueuse aux identités multiples

Celle qui signe une chronique dans Châtelaine n'a plus l'intention de bloquer les «trolls», mais elle jure qu'elle les exposera. «Mais ça se peut que je t'expose. Ça se peut que, comme hier, ça devienne too much et que je partage ton profil sur ma page pour dire : VAS-Y, PRENDS-LA MA TRIBUNE, PASSE-LE TON MESSAGE», écrit-elle en référence à un «troll» qu'elle a dénoncé sur sa page samedi avant de l'effacer, ce qu'elle dit avoir regretté.

Je refuse de débattre moins. Je refuse de m'effacer. Mais je refuse que mon seul recours soit d'appuyer sur un bouton et d'attendre le prochain connard à bloquer.Manal Drissi

Elle conclut en disant qu'elle combattra les gens qui l'insultent en privé en exposant leurs propos en public.

Sa sortie fait écho à celle de l'animatrice Pénélope McQuade qui a participé à la réalisation d'un documentaire sur la cyberintimidation et les «trolls» présenté à Télé-Québec, intitulé Troller les trolls.