POLITIQUE
05/10/2018 16:25 EDT | Actualisé 05/10/2018 16:25 EDT

François Legault et la CAQ ne sont pas racistes, selon Manon Massé

Une manifestation contre le « racisme » du nouveau gouvernement s’organise pour dimanche.

Olivier Robichaud

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, réfute l'idée que le premier ministre élu et son parti soient racistes. Elle pourfend toutefois François Legault de promouvoir des idées qui «divisent les Québécois».

François Legault et la Coalition avenir Québec (CAQ) ont à peine été élus, le 1er octobre, qu'ils sont devenus la cible d'une manifestation contre le racisme qui aura lieu dimanche. Dans un communiqué émis mercredi, un collectif d'organismes montréalais dénonce les positions de la CAQ en matière d'immigration et de symboles religieux.

En point de presse vendredi, Mme Massé a contré l'idée que son rival soit raciste, tout en s'opposant à certaines de ses promesses phares.

«Je ne pense pas que M. Legault soit un homme raciste et je ne pense pas que la CAQ est raciste. Mais il est évident que les propositions qu'ils mettent sur la table font peur. Parce qu'elles divisent, parce qu'elles excluent, parce qu'elles pointent du doigt des gens», a-t-elle dit.

Mme Massé implore M. Legault «d'entendre raison».

Plus loin que Bouchard-Taylor

Rappelons que la CAQ, comme Québec solidaire, propose que les employés de l'État en situation d'autorité ne puissent porter de symboles religieux. C'est ce que suggérait en 2008 la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables.

Sauf que le parti de M. Legault va plus loin. En plus de s'appliquer aux juges et aux policiers, la mesure s'appliquerait aux enseignants et aux éducatrices.

Mercredi, des élus de la CAQ ont affirmé que les employés qui refuseraient de retirer leurs symboles religieux pourraient être mutés à d'autres postes. Ils ont aussi laissé entendre que les récalcitrants seront congédiés.

Mardi, au lendemain des élections, M. Legault a affirmé qu'il était prêt à utiliser la clause nonobstant si cette mesure était contestée en cour. La clause nonobstant permet au gouvernement de conserver une loi même si la Cour suprême juge qu'elle est contraire à la Charte des droits et libertés.

Vers une reconnaissance officielle

Manon Massé réitère depuis quelques jours que Québec solidaire est la véritable opposition officielle à l'Assemblée nationale. Vendredi, elle a souligné que les deux autres partis, soit le Parti libéral et le Parti québécois, seront occupés par leurs campagnes à la chefferie pendant au moins les prochains mois.

L'autre co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois, a indiqué sans équivoque que QS cherchera à être reconnus comme groupe parlementaire officiel, même s'il n'a pas réussi à obtenir les 12 sièges ou 20% des votes normalement requis.

«Le bipartisme est terminé au Québec, c'est un fait. Et notre Assemblée nationale doit s'adapter à la nouvelle réalité», a-t-il lancé.

Le Québec est la province où les seuils sont les plus élevés pour être reconnus comme groupe parlementaire. L'Ontario, qui a 124 députés contre 125 au Québec, demande seulement huit sièges pour qu'un parti soit reconnu. D'autres provinces en demandent deux, quatre ou cinq.

Au niveau fédéral, le seuil est aussi de 12 sièges. La Chambre des communes compte toutefois 338 députés, soit plus de deux fois et demie le nombre d'élus provinciaux.

Plusieurs gouvernements d'autres provinces ont reconnu comme groupes parlementaires des partis qui n'avaient pas atteint le seuil minimal d'élus. Le Nouveau Parti Démocratique de l'Alberta a obtenu cette faveur à trois reprises depuis 1998.

Depuis l'élection d'Amir Khadir en 2008, Québec solidaire bénéficie d'un temps de parole limité. Jusqu'ici, les autres partis lui ont toutefois refusé les avantages qui viennent avec une reconnaissance officielle, notamment les budgets de secrétariat et de recherche.

Mardi, M. Legault a ouvert la porte à une telle reconnaissance. Des discussions préliminaires auraient déjà commencé, selon Mme Massé.