POLITIQUE
02/10/2018 12:58 EDT | Actualisé 02/10/2018 12:58 EDT

Main-d'oeuvre: Le patronat s'inquiète de la pénurie à l'aube du mandat caquiste

C'est pas moins de 1 500 000 postes qui seront à combler d'ici 10 ans au Québec.

Getty Images/iStockphoto

MONTRÉAL — Au lendemain de l'élection d'un gouvernement caquiste majoritaire, le milieu des affaires est rassuré par la stabilité que cela apportera et lui demande de s'attaquer rapidement au problème de la pénurie de main-d'oeuvre.

Au cours d'entrevues avec La Presse canadienne, mardi, tant les représentants du Conseil du patronat du Québec que de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante ont répété que cet enjeu de la pénurie de main-d'oeuvre était non seulement important, mais urgent.

Dans ce contexte, le président du CPQ, Yves-Thomas Dorval, a rapporté une certaine préoccupation du milieu des affaires quant au discours du chef caquiste François Legault voulant réduire les seuils d'immigration. Il cite des prévisions selon lesquelles 1 500 000 postes devront être comblés d'ici 10 ans et il faudra trouver non pas une, mais plusieurs voies pour les combler.

À la FCEI, la vice-présidente principale, Martine Hébert, plaide aussi l'urgence de répondre aux besoins de main-d'oeuvre des restaurateurs, des hôteliers et autres employeurs. Elle est aussi rassurée par le fait que M. Legault se soit déjà opposé à une hausse du salaire minimum à 15 $.

À voir aussi: