POLITIQUE
01/10/2018 12:16 EDT | Actualisé 01/10/2018 14:55 EDT

Robert Lafrenière annonce son départ de l’UPAC le jour du vote

La CAQ avait déjà annoncé qu'il remercierait le commissaire si le parti était porté au pouvoir.

Ryan Remiorz/PC

Le grand patron de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), Robert Lafrenière, a annoncé qu'il quittait ses fonctions le mois prochain.

Cette annonce inattendue d'abord dévoilée par TVA Nouvelles survient alors qu'un nouveau gouvernement caquiste, qui a déjà annoncé qu'il allait remercier M. Lafrenière, se profile à l'horizon.

Le porte-parole de l'UPAC, Mathieu Delisle, a confirmé que la dernière journée du commissaire serait le 2 novembre. Il n'aurait pas invoqué de raisons pour expliquer sa démission.

Dans les derniers mois, l'intégrité de M. Lafrenière a été remise en question par les partis d'opposition. Ils estimaient que le commissaire de l'UPAC devait être nommé par un vote aux deux tiers des voix à l'Assemblée nationale.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a toujours refusé cette condition, sous prétexte que l'UPAC se doit d'être indépendant.

M. Lafrenière a subi un autre revers il y a quelques jours, alors que le Directeur des poursuites criminelles et pénales a invalidé les mandats de perquisition visant le député sortant et candidat libéral Guy Ouellette, arrêté en octobre dernier par l'UPAC.

Aussitôt élu, le nouveau gouvernement - peu importe le parti - aura donc un mois pour trouver le remplaçant de M. Lafrenière.

Lundi, la Coalition avenir Québec (CAQ) a indiqué qu'elle «prend acte» de la démission de M. Lafrenière. Si le parti venait à prendre le pouvoir, il a déjà indiqué que tous les postes – dont celui du commissaire de l'UPAC – feraient l'objet d'une réévaluation.

Le premier ministre sortant, Philippe Couillard, dit avoir appris la nouvelle ce matin également, mais n'a pas voulu se prononcer sur le moment choisi par M. Lafrenière pour annoncer sa démission.

M. Couillard ajoute qu'un mécanisme de remplacement est prévu à la suite des recommandations de la commission Charbonneau.