POLITIQUE
27/09/2018 13:17 EDT | Actualisé 27/09/2018 16:14 EDT

Élections 2018: François Legault se distancie d'une électrice qui juge que les immigrants «effacent» les Québécois

Il avait d'abord dit qu'il se battrait pour elle.

PC/Jacques Boissinot

RIVIERE-DU-LOUP, Qc — Le chef caquiste François Legault a cherché à se distancier jeudi d'une électrice et de sa diatribe sur les immigrants "qui effacent" les Québécois, même s'il lui a pourtant dit qu'il allait se battre pour elle.

Mercredi, une dépêche de La Presse canadienne relatait qu'une sympathisante avait abordé M. Legault en lui disant de défendre les Québécois contre les immigrants qui veulent "changer nos coutumes" et "enlever les croix", selon ses mots.

Dans un pub de Rimouski rempli de clients et de supporters de la CAQ, la citoyenne a demandé: "Je n'ai rien contre l'immigration, mais (faites) rentrer les bons, les immigrants qui entrent présentement (au pays), ils nous effacent, on veut rester Québécois, allez-vous vous battre pour nous?"

De son côté, François Legault a répondu "bien oui" tout en l'invitant à voter pour lui.

📣 LES ÉLECTIONS SUR FACEBOOK
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!

En mêlée de presse jeudi matin à Rivière-du-Loup, il a déclaré qu'il n'était "pas d'accord" avec la dame.

Le chef caquiste a ajouté qu'il ne voulait pas analyser les propos de la sympathisante, mais a néanmoins été appelé à préciser sa pensée.

"Je désapprouve le fait que ces gens (les immigrants) ne contribuent pas positivement au Québec, je pense que ces gens contribuent positivement et j'estime que nous devons, pour eux et pour nous, oeuvrer à une meilleure intégration", a-t-il répondu en anglais.

Quant à l'inquiétude émise sur les Québécois qui sont en voie d'effacement, M. Legault a affirmé que c'était "trop fort", tout en ajoutant que le "français sera toujours vulnérable" et que "nous devons nous assurer de protéger nos valeurs".

Des thèmes controversés de l'immigration et de la laïcité ont suivi le chef de la CAQ depuis le début de la campagne.

Régulièrement questionné pour préciser sa pensée et pris en défaut sur sa connaissance des procédures d'immigration en place, M. Legault a déjà déclaré que l'immigration ne figurait pas parmi les préoccupations des gens normaux.

Toutefois, outre la sortie de cette cliente à Rimouski, le chef caquiste a répondu à deux questions concernant l'immigration au cours d'une tribune téléphonique jeudi dans une radio privée de Québec.

Un auditeur lui a demandé ce qu'il allait faire avec les demandeurs d'asile qui entrent de façon irrégulière par le chemin Roxham en provenance des États-Unis.

M. Legault a dit que s'il formait le prochain gouvernement, il allait négocier avec Ottawa pour raccourcir le délai de traitement des demandes, qui sont de 18 mois.

Rappelons que la CAQ souhaite en effet réduire de 50 000 à 40 000 le seuil annuel de nouveaux arrivants admis par le Québec et leur imposer au bout de trois ans un test de français et un test des valeurs, et en cas d'échec, ils ne pourraient obtenir leur certificat de sélection et pourraient être expulsés par le fédéral.