DIVERTISSEMENT
27/09/2018 12:22 EDT | Actualisé 27/09/2018 12:43 EDT

«District 31»: l'intrigue de la semaine crée la polémique

«Les criminels et les sans scrupules n’ont pas de race ni de couleur...»

Facebook/District 31

L'intrigue de la semaine dans District 31fait énormément réagir. Celle-ci raconte l'histoire d'une jeune lesbienne musulmane de 17 ans qui cherche à couper les ponts avec sa famille ultra conservatrice, qui veut la forcer à rentrer dans son pays d'origine pour se marier.

Après avoir été pris en charge par la protection de la jeunesse, l'adolescente est retrouvée par son frère.

L'épisode du mercredi 27 septembre se terminait alors qu'elle était enlevée par ce dernier. Elle se retrouvait ensuite dans une pièce, entourée d'individus voulant lui «apprendre à aimer les hommes».

Cette intrigue n'est évidemment pas sans rappeler l'affaire Shafia, qui avait fait couler beaucoup d'encre il y a une dizaine d'années.

Facebook/District 31

Accusé de «véhiculer des préjugés et coller des étiquettes sur des membres de minorités culturelles», l'auteur Luc Dionne a partagé un long message sur la page Facebook de l'émission, pour défendre sa position ainsi que ses choix scénaristiques.

«Il est toujours risqué de porter un jugement à partir du prisme de nos propres expériences, explique d'emblée le principal intéressé. L'histoire de cette semaine n'est pas plus ou moins importante que celle de la semaine passée ou de celle de la semaine prochaine.

J'ai traité de toutes sortes de sujets qui mettaient en cause des Blancs, des Noirs, des Asiatiques, des Russes, des Arabes, des proxénètes, des avocats, des ripoux, des politiciens corrompus, des motards criminalisés, un gourou du ''Born Again Christian''.

J'ai parlé de prostitution juvénile, de pédophilie, de meurtre, de corruption, de disparition d'enfants, de violence conjugale, d'abus de personnes âgées, etc.»

Dionne poursuit en expliquant qu'il raconte avant tout le quotidien d'un poste de police, tout en martelant que les crimes d'honneur font partie du paysage criminel du pays.

«Les criminels et les sans scrupules n'ont pas de race ni de couleur. Ils sont blancs, noirs, asiatiques, russes, libanais, italiens, canadiens, québécois. Ils sont catholiques chrétiens, protestants, musulmans, bouddhistes, athées.»

«Rona, Zainab, Sahar et Geeti Shafia ne sont pas des préjugés. Elles ont été victimes d'un crime d'une barbarie sans nom. Elles sont la preuve que les crimes d'honneur existent au Canada», conclut l'auteur.

District 31 est diffusée du lundi au jeudi à 19h, sur les ondes d'ICI Télé.

À voir également :