NOUVELLES
27/09/2018 08:34 EDT | Actualisé 27/09/2018 08:34 EDT

Une demande d'action collective réclame 250 M$ à Ticketmaster

La demande d'action collective soutient que l'entreprise a fermé les yeux sur le recours à des robots logiciels par les revendeurs.

AP/Paul Sakuma

TORONTO — Un cabinet d'avocats torontois intente une poursuite contre Ticketmaster, alléguant que l'entreprise engrange depuis des années des commissions supplémentaires sur le marché de la revente.

Le cabinet Sotos, spécialisé en actions collectives, reproche à Ticketmaster de permettre «l'achat massif» de billets de concerts et d'autres événements par des revendeurs qui en font gonfler les prix.

Dans sa demande déposée à la Cour supérieure de l'Ontario, mercredi, Sotos allègue que l'entreprise a fermé les yeux sur le recours à des robots logiciels par les revendeurs.

Cet arrangement lui permettait d'empocher une commission sur la revente en plus des frais perçus sur la vente initiale, avance-t-on.

L'entreprise, à laquelle on réclame 250 millions $ en dommages, n'a pas immédiatement donné suite à une demande de commentaire.

À voir aussi: